Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jacques Fontaine avec une bouteille de son hydromel Pégase qui a remporté le premier prix d’un concours en Suède.
Jacques Fontaine avec une bouteille de son hydromel Pégase qui a remporté le premier prix d’un concours en Suède.

Un hydromel québécois bientôt sur les tablettes suédoises [VIDÉO]

Philippe Julien-Bougie
Philippe Julien-Bougie
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’hydromel de Miel Fontaine est en voie d’être vendu dans les pays scandinaves. Ce projet d’exportation devrait se concrétiser au printemps, un peu plus d’un an après que l’entreprise de Sainte-Cécile-de-Milton ait remporté le premier prix dans un concours d’hydromels en Suède.

Jacques Fontaine et sa femme, Louise Provost, se sont lancés dans la production de miel en 2007. Il s’agissait alors d’un projet de semi-retraite. « On a commencé avec deux ruches pour le plaisir et aujourd’hui on est rendu à 350 », explique l’apiculteur dans sa boutique située à deux pas de sa colonie d’abeilles.

En 2019, des membres d’associations d’apiculteurs de la Suède et de la Finlande sont venus visiter les installations de Miel Fontaine où les ruches passent l’hiver à l’intérieur. Le climat hivernal du sud de la Suède étant plus doux que celui du Québec, les producteurs apicoles du “pays allongé”, surnom que donnent les Suédois à leur pays, hivernent, quant à eux, leurs ruches à l’extérieur.

Presque tous les produits de la boutique sont faits à base du miel de Miel Fontaine.

Dans une infolettre suédoise

Impressionnés par les techniques d’hibernation des ruches québécoises, ils ont invité M. Fontaine en Suède pour qu’il puisse donner des conférences sur le sujet. « Je croyais que l’invitation était une blague, mais finalement ce n’était pas une joke », se souvient celui qui a traîné cinq bouteilles d’hydromel dans ses valises vers le royaume scandinave en février 2020. Après la conférence, l’infolettre des apiculteurs suédois titrait: «Småskaligt hantverk hos Miel Fontaine» ou «Le miel artisanal à petite échelle de Miel Fontaine» en français.

Quelques jours après l’arrivée de M. Fontaine sur le vieux continent, son hydromel du nom de Pégase remportait le premier prix d’un concours de ce type d’alcool qui se boit généralement bien en entrée ou en digestif. Le gagnant était déterminé par applaudissement. « À notre tour, tout le monde s’est levé », confie Jacques Fontaine.

Sur place, une sommelière connue lui a offert de l’aide pour exporter son breuvage en Scandinavie. « C’est la Jessica Harnois de la Suède, suggère l’apiculteur. Elle m’a dit: ”ce que tu fais, ça se démarque vraiment de ce qu’on fait ici”. »

Le projet d’exportation ayant été ralenti par la COVID-19, les premières bouteilles à prendre la route vers l’Europe du Nord devraient arriver au printemps.

De l’hydromel en canettes

En plus des cinq hydromels en bouteille proposés par Miel Fontaine, l’entreprise développe actuellement une boisson prêt-à-boire alcoolisée au miel, et ce, en cannette. L’apiculteur travaille également à la conception d’un mousseux à base de miel. « On crée un produit selon la même méthode que pour faire du champagne, donc sans bulles ajoutées », précise-t-il en rappelant que l’appellation champagne est réservée aux bouteilles de la région française du même nom.

Pour l’instant, la Miellerie King, située à Kingsey Falls, est la seule à offrir de l’hydromel en canette au Québec. « La Miellerie King, c’est celle de mon ami René Bougie. On se connaît tous dans le domaine », souligne Jacques Fontaine.

Miel Fontaine produit plus de 15 000 bouteilles d’hydromel par an. Elles ne sont pas vendues dans les SAQ, mais sont réparties dans plus de 100 points de vente à l’échelle du Québec.