Des soixante-dix personnes ayant dû être embauchées pour remplacer les employés du département de l’emballage qui prendront des vacances au cours de l’été, seuls 20 postes ont été comblés dans la région.

Un autobus pour attirer la main-d’œuvre chez KDC

L’actuelle pénurie de main-d’œuvre force les entreprises à rivaliser d’ingéniosité pour recruter des travailleurs. Dans l’optique d’élargir son bassin de candidats, KDC Knowlton compte offrir un service de navette à des employés demeurant dans la région de Sherbrooke.

Depuis le 11 juin dernier, il est possible pour les nouveaux employés qui travaillent sur des quarts de travail de 12 heures et qui demeurent à Sherbrooke de prendre l’autobus à l’un ou l’autre des deux arrêts prévus à cet effet. Ceux-ci se situent au Carrefour de l’Estrie ainsi qu’au Centre communautaire Ismaili.

Comme plusieurs autres, l’entreprise bromoise, qui compte près de 720 travailleurs, est aux prises avec des besoins criants en personnel. Uniquement pour remplacer les employés du département de l’emballage qui prendront des vacances au cours de l’été, 70 personnes devaient être embauchées.

« Malheureusement, nous n’avons pu combler que de 15 à 20 postes grâce aux références de nos employés et des candidatures reçues dans la région immédiate », explique Kim Gobeil, spécialiste des ressources humaines et au développement organisationnel chez KDC Knowlton.

L’idée de recruter des étudiants à Sherbrooke semblait être la solution, mais plusieurs n’avaient pas de voiture et ne pouvaient pas parcourir par eux-mêmes la distance pour se rendre au travail. C’est pourquoi l’entreprise a songé à leur offrir le transport moyennant une contribution de 2,50 $ par transport ou de 5 $ pour l’aller-retour. « Il s’agit d’une contribution minime, par souci d’équité pour les employés qui utilisent leur voiture et paient de l’essence pour venir au travail », indique Mme Gobeil.

La Commission des transports du Québec a délivré à la compagnie Les autobus R. Pouliot inc., mandatée par KDC Knowlton, un permis de transport par autobus d’une durée maximale de 45 jours. Une demande de permis régulier a également été déposée pour allonger l’offre de transport pour une période de six mois.

Il s’agit en effet d’un projet pilote que mènera la compagnie pendant la saison estivale. « On a convenu d’un projet pilote de juin à septembre », explique Mme Gobeil.

La mise en place d’une navette pour les employés sherbrookois fait partie d’un éventail de stratégies développées par l’entreprise pour combler ses grands besoins en personnel.