Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Twitter suspend de façon permanente Donald Trump de son réseau.
Twitter suspend de façon permanente Donald Trump de son réseau.

Twitter suspend le compte de Donald Trump de façon permanente 

Tali Arbel
Associated Press
Article réservé aux abonnés
SAN FRANCISCO — Twitter suspend de façon permanente Donald Trump de son réseau, faisant valoir le risque d’une nouvelle «incitation à la violence».

La plateforme sociale subissait une pression croissante pour adopter de nouvelles mesures contre Donald Trump après l’insurrection meurtrière de mercredi au Capitole américain.

LIRE AUSSI : Trump en quelques tweets mémorables

Twitter a initialement suspendu le compte de Donald Trump pendant 12 heures après qu’il eut publié une vidéo répétant de fausses allégations sur des fraudes électorales et louant les émeutiers qui ont pris d’assaut le Capitole.

La décision de Twitter prive Donald Trump d’un outil puissant qu’il utilisait pour communiquer directement avec le peuple américain depuis plus d’une décennie.

Il a utilisé Twitter pour annoncer des changements de politique, défier ses adversaires, insulter ses ennemis, féliciter ses alliés (et lui-même) et répandre de la désinformation.

Justifications: prévenir la violence

Twitter accorde depuis longtemps à Donald Trump et à d’autres dirigeants mondiaux de larges exemptions à ses règles contre les attaques personnelles, les discours de haine et d’autres comportements.

Mais dans une longue explication publiée sur son blogue vendredi, la société a déclaré que les récents tweets de Donald Trump équivalaient à une glorification de la violence lorsqu’ils étaient lus dans le contexte de l’émeute au Capitole et dans le contexte où des informations circulent en ligne concernant d’éventuelles manifestations armées autour de l’investiture du président élu Joe Biden.

Dans ces tweets, Donald Trump a affirmé qu’il n’assisterait pas à l’inauguration de Joe Biden et a qualifié ses partisans de «patriotes américains», affirmant qu’ils auront «une voix géante dans le futur».

Twitter a affirmé que ces déclarations sont «susceptibles d’inspirer d’autres personnes à reproduire les actes de violence qui ont eu lieu le 6 janvier 2021, et qu’il existe de nombreux indicateurs qui montrent qu’elles sont reçues et comprises comme un encouragement à le faire».

Facebook suspend les comptes de Trump et de ses alliés conspirationnistes

Facebook et Instagram, qui appartient à Facebook, ont suspendu jeudi le compte de Donald Trump pendant au moins deux semaines, et peut-être indéfiniment. Vendredi, la société a définitivement suspendu les comptes de deux fidèles du président sortant, l’ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et l’avocate de Donald Trump Sidney Powell, dans le cadre d’une purge plus large des comptes faisant la promotion de la théorie du complot QAnon.

Concernant QAnon, Twitter a déclaré qu’elle prendrait d’autres mesures. «Compte tenu du potentiel renouvelé de violence entourant ce type de comportement, dans les prochains jours, nous suspendrons définitivement les comptes qui sont uniquement dédiés au partage de contenu QAnon», a affirmé Twitter dans un communiqué envoyé par courriel.

L’entreprise a également déclaré que l’avocat de Donald Trump, Lin Wood, avait été définitivement suspendu du réseau mardi pour avoir enfreint ses règles, mais n’a fourni aucun détail supplémentaire.

Twitter a déclaré que lorsqu’elle détermine qu’un groupe ou une campagne est engagé dans une «activité préjudiciable coordonnée», elle peut suspendre les comptes qui, selon elle, encouragent principalement ce comportement.


« Dans les prochains jours, nous suspendrons définitivement les comptes qui sont uniquement dédiés au partage de contenu QAnon »
Twitter

Vendredi, la coalition Stop Hate for Profit a lancé une campagne pour faire pression sur les principales plateformes, y compris auprès du propriétaire de YouTube et Google, pour qu’elles expulsent définitivement Donald Trump de leurs services.

L’organisation, qui comprend la Ligue anti-diffamation, la NAACP, la Coalition nationale des médias hispaniques, Free Press et Colour of Change, a déclaré qu’elle appellerait au boycottage des annonceurs si les plateformes n’agissaient pas avant le 20 janvier, date de l’inauguration du président élu Joe Biden.

L’été dernier, la coalition a organisé un boycottage publicitaire d’un mois de Facebook qui a finalement impliqué des centaines d’entreprises pour faire pression pour une action plus affirmée contre les discours de haine sur le réseau social.

Certains législateurs fédéraux et des célébrités ont également appelé les entreprises technologiques à prolonger les suspensions ou à bannir complètement Donald Trump de ces réseaux.

Frank Pallone, un puissant membre du Congrès démocrate du New Jersey, a écrit sur Twitter: «Il est temps pour (le PDG de Twitter, Jack Dorsey) et Mark Zuckerberg de retirer Trump de leurs plateformes.»

«La plateforme du président Trump sur les réseaux sociaux a été utilisée pour inciter à la violence et à l’insurrection», a déclaré le sénateur Joe Manchin, démocrate centriste de Virginie-Occidentale, dans un communiqué envoyé par courriel.

L’ancienne Première Dame Michelle Obama a tweeté jeudi que les entreprises de la Silicon Valley devraient cesser d’autoriser le «comportement monstrueux» de Donald Trump et leur a demandé de bannir définitivement Donald Trump et d’adopter des politiques pour empêcher que leur technologie ne soit utilisée par des dirigeants pour «alimenter des insurrections».

Avant que Twitter suspende définitivement Donald Trump, un ancien responsable de Twitter avait appelé la plateforme à suspendre le compte de Donald Trump d’une manière qui empêcherait quiconque de le suivre et garderait les tweets passés invisibles pendant une période indéterminée.

C’est un changement de position pour Adam Sharp, ancien chef des nouvelles de Twitter, qui a tweeté jeudi qu’il avait «longtemps été un défenseur de la permissivité sur Twitter» concernant les violations par Donald Trump de ses règles. Adam Sharp a quitté l’entreprise en 2016.

Snapchat, Twitch, YouTube et Google

D’autres entreprises technologiques ont également agi contre les comptes de Donald Trump, invoquant des menaces de violence. Snapchat a verrouillé le compte de Donald Trump «indéfiniment». Twitch, le site de diffusion en direct appartenant à Amazon et utilisé par la campagne de Trump pour diffuser des discours, a désactivé le compte de Donald Trump jusqu’à ce qu’il quitte ses fonctions.

La société de commerce électronique Shopify a fermé deux magasins de souvenirs de Donald Trump en ligne.

YouTube a annoncé des changements plus généraux qui pénaliseront les comptes diffusant de fausses informations sur la fraude électorale lors des élections de 2020, les récidivistes risquant d’être renvoyés définitivement.

Reddit a interdit vendredi un forum pour les partisans du président sortant, appelé «donaldtrump».

Andrés Manuel López Obrador dénonce la censure

Certaines voix ont critiqué les entreprises de technologie pour avoir bloqué ou suspendu des comptes de Donald Trump.

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador, qui est considéré comme un ami de Donald Trump, a déclaré jeudi:

«Je n’aime pas que quiconque soit censuré ou privé du droit de publier un message sur Twitter ou Facebook. Je ne suis pas d’accord avec cela, je n’accepte pas cela.»

Il a dit que la question devrait être tranchée par le gouvernement et non par des entreprises privées.