TikTok a des bureaux à Culver City, à l'ouest de  Los Angeles.
TikTok a des bureaux à Culver City, à l'ouest de  Los Angeles.

Trump signe un décret pour forcer la vente de TikTok

AFP
Agence France-Presse
SAN FRANCISCO — Le président Donald Trump a signé vendredi un décret obligeant le groupe chinois ByteDance à vendre les activités américaines de TikTok, son réseau social international, d’ici 90 jours, formalisant ainsi des menaces maintes fois répétées.

Le locataire de la Maison-Blanche accuse depuis des mois, sans preuve, la très populaire plateforme de partage de vidéos de siphonner les données des utilisateurs américains au profit de Pékin.

«Il y a des preuves crédibles qui me portent à croire que ByteDance [...] pourrait prendre des mesures qui menacent de nuire à la sécurité nationale des États-Unis», explique le décret présidentiel.

Dans un contexte de fortes tensions commerciales et politiques avec la Chine, le président américain a déjà pris il y a une semaine des mesures radicales à l’encontre de TikTok, et de WeChat, un autre joyau du numérique chinois.

Il leur a interdit, d’ici 45 jours, toute transaction avec une partenaire américain.

Le décret signé vendredi précise que l’acheteur devra être américain et «prouver sa volonté et sa capacité à se conformer à ce décret».

Le géant américain de l’informatique Microsoft est en pleines négociations avec ByteDance pour racheter TikTok, au moins aux États-Unis, voire plus largement.

ByteDance devra aussi confirmer qu’il a détruit toutes les données «d’utilisateurs américains, obtenues ou dérivées de TikTok et Musical.ly», une application américaine qui avait été rachetée par la société chinoise et fondue dans TikTok.

Discussions repoussées

Par ailleurs, il a été annoncé que les discussions commerciales prévues samedi entre les États-Unis et la Chine ont été reportées, sans nouvelle date programmée. Elles devaient porter sur l'accord signé en grande pompe en janvier par les deux pays, après près de deux années de guerre commerciale. La Chine s'était engagée à acheter pour 200 milliards de dollars supplémentaires de produits et services américains. 

Automobiles, machines industrielles, métaux, céréales, cotons, viande, pétrole, services financiers,... tout cela devait réduire le déficit commercial américain, une exigence de Donald Trump. Mais les achats promis n'ont pas été réalisés, notamment à cause de la pandémie de COVID-19 qui a mis un coup d'arrêt aux échanges internationaux.