Apple a annoncé son événement marketing avec une formule cryptique, «Hi, Speed» («Bonjour, vitesse»), qui semble faire référence à l’accélération du débit promise par la 5G.
Apple a annoncé son événement marketing avec une formule cryptique, «Hi, Speed» («Bonjour, vitesse»), qui semble faire référence à l’accélération du débit promise par la 5G.

L’iPhone 5G d’Apple attendu de pied ferme

Julie Jammot
Agence France-Presse
SAN FRANCISCO — Apple devrait lancer sa première gamme de cellulaires équipés de la technologie 5G mardi, les très attendus «iPhone 12», plus d’un an après ses deux rivaux Samsung et Huawei.

Ce lancement intervient au moment où la nouvelle génération de téléphonie mobile prend son envol, même si elle est encore loin de bouleverser le quotidien ou les industries.

Le géant américain est fidèle à ses habitudes d’entreprise «patiente» qui «entraîne le marché plutôt que de le suivre», note Stephen Mears, analyste pour Futuresource Consulting.

Apple a annoncé son événement marketing avec une formule cryptique, «Hi, Speed» («Bonjour, vitesse»), qui semble faire référence à l’accélération du débit promise par la 5G.

Dans les zones couvertes, les utilisateurs constatent la différence sur le téléchargement des contenus, plus rapide. À terme, les nouvelles infrastructures de télécommunications auront des applications dans des domaines aussi variés que les véhicules autonomes, la réalité augmentée ou encore la santé connectée.

«L’année dernière, les cas d’usage et le déploiement du réseau n’étaient pas encore là», explique M. Mears. «En 2020 la situation aura peu changé, mais Apple ne voudra pas avoir deux générations de retard sur les combinés 5G».

Le déploiement des antennes-relais est très avancé dans certaines régions d’Asie. Les grandes villes chinoises ont la 5G et 90 % de la population sud-coréenne habite dans des zones desservies, selon Futuresource.

Le cabinet prévoit que les ventes de cellulaires avec la 5G dans le monde vont passer de 145 millions de combinés en 2020 à 303 millions en 2021, et 515 millions en 2022.

Nécessaire pour la Chine

Le groupe californien a «impérativement besoin de la 5G maintenant», assure Avi Greengart de Technsponential. «Pas pour les États-Unis, mais pour la Chine, où la 5G est un facteur déterminant à l’achat». L’année prochaine, plus de la moitié des appareils en Chine pourraient en être équipés.

«En Amérique du Nord, les installations sont en retard par rapport aux marchés asiatiques, mais la pénétration des téléphones 5G devrait croître de façon significative en 2021, jusqu’à 70 % contre 37 % en 2020», estime M. Mears.

Les tensions commerciales entre Washington et Pékin ont retardé le déploiement en occident, les États-Unis ayant proscrit le recours à Huawei, équipementier chinois leader des infrastructures pour la 5G.

En outre, les groupes américains de télécoms, qui font déjà des investissements massifs, ont besoin de débouchés pour justifier leurs dépenses.

Les opérateurs «attendent l’iPhone avec la 5G pour appuyer sur l’accélérateur aux États-Unis», estime Patrick Moorhead de Moor Insights & Strategy.

Le Sud-coréen Samsung et Huawei, les deux plus gros vendeurs de cellulaires dans le monde, ont sorti leurs premiers modèles avec la capacité 5G au printemps-été 2019.

Google, de son côté, a récemment dévoilé deux nouveaux appareils de sa marque Pixel aussi aptes à utiliser les nouvelles ondes.

Lancement de la décennie

À en croire les rumeurs et experts, Apple pourrait présenter mardi quatre iPhone 12, tous avec la 5G, à des prix de base compris entre 700 et 1100 $US.

«Apple et ses fournisseurs asiatiques anticipent une demande accrue pour le modèle de 6,7 pouces», constate l’analyste Dan Ives de Wedbush Securities.

Selon lui, «l’iPhone 12 est attendu comme le lancement de la décennie».

La firme de Tim Cook pourrait écouler plus de 75 millions d’appareils. L’analyste estime que plus d’un tiers des 950 millions d’iPhone en circulation dans le monde, soit 350 millions d’appareils, ont des chances d’être remplacés par un modèle plus récent dans les mois qui viennent.

«La Chine reste un ingrédient clef du succès de la recette d’Apple», ajoute-t-il, car «20 % des remplacements viendront de cette région l’année prochaine».

Le marché mondial des cellulaires s’est «effondré» au deuxième trimestre cette année, d’après le cabinet Canalys : il a reculé de 14 %, à 285 millions de combinés écoulés, après un premier trimestre déjà en déclin.

Apple a subi des retards de production pendant la pandémie, laquelle a perturbé les chaînes d’approvisionnement de nombreuses entreprises. Ses ventes ont néanmoins continué de croître, alors que celles de ses deux principaux rivaux étaient en baisse.

La marque à la pomme a aussi musclé ses services, qui permettent de rendre plus attractifs ses divers appareils (téléphones, tablettes, ordinateurs, montres, oreillettes...) avec un écosystème de plateformes pour s’informer, stocker ses données et se divertir.

En septembre, elle a lancé Apple One, un nouvel abonnement pour le streaming, la musique, les jeux vidéo et son service de cloud (informatique à distance).