Le chef de la direction de Facebook, Mark Zuckerberg a promis que Facebook, connue pour son appétit à l’endroit des informations personnelles partagées par ses utilisateurs, se transformerait en une société qui offrirait plus de moyens afin de communiquer de manière réellement privée.

Facebook veut s’attaquer à la confidentialité des données

SAN FRANCISCO — Le chef de la direction de Facebook, Mark Zuckerberg, a présenté mercredi sa nouvelle vision du réseau social, qui devrait accorder une plus grande importance à la vie privée.

Il a promis que Facebook, connue pour son appétit à l’endroit des informations personnelles partagées par ses utilisateurs, se transformerait en une société qui offrirait plus de moyens afin de communiquer de manière réellement privée. Par exemple, les pensées et images partagées pourraient être protégées afin d’empêcher Facebook de les lire.

Mais le dirigeant de l’entreprise n’a suggéré aucune modification du service de base entourant les groupes de discussion ainsi que les actualités publiées par Facebook, ni sur le réseau social d’Instagram, actuellement l’un des segments affichant la croissance la plus rapide.

Cela n’a pas plu aux critiques.

«Il a en quelque sorte repris l’idée que la confidentialité constituait l’élément le plus important pour les utilisateurs concerne la confidentialité lorsqu’ils communiquent directement, a expliqué l’analyste Fatemeh Khatibloo, de la firme Forrester. Il a complètement ignoré l’aspect où les gens valorisent également leur vie privée sur Facebook.»

M. Zuckerberg a exposé sa vision par l’entremise d’un billet publié en ligne, après une période tumultueuse de deux ans au cours de laquelle la société a été montrée du doigt à plus d’une reprise pour ses pratiques en matière de confidentialité. Cela incluait le partage d’informations personnelles d’au moins 87 millions d’utilisateurs avec une entreprise spécialisée dans l’extraction de données politiques ayant œuvré à la campagne du républicain Donald Trump en 2019.

Depuis l’élection présidentielle américaine de 2016, Facebook a également été critiquée pour la manière dont des agents russes ont utilisé ses services pour cibler les électeurs américains avec des messages visant à semer la division.

Afin de répondre aux critiques, M. Zuckerberg envisage notamment de regrouper les services de messagerie Messenger, WhatsApp et Instagram puissent se contacter par l’entremise de toutes ces applications.

Le plan du patron de Facebook, qui doit s’échelonner sur plusieurs années, vise à ce que personne ne puisse voir le contenu des messages, à l’exception de l’expéditeur et des destinataires. WhatsApp possède déjà cette fonctionnalité de sécurité, contrairement aux autres applications de messagerie de Facebook.