Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steven Girard, gestionnaire de production et planification, Ian Abel, directeur des opérations, Yanick Duranleau, superviseur de maintenance, et Myriam Phaneuf, directrice, qualité et procédés ont participé à l’implantation d’un nouveau système chez Stedfast.
Steven Girard, gestionnaire de production et planification, Ian Abel, directeur des opérations, Yanick Duranleau, superviseur de maintenance, et Myriam Phaneuf, directrice, qualité et procédés ont participé à l’implantation d’un nouveau système chez Stedfast.

Stedfast investit 3 millions $ pour réduire son empreinte écologique

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les émanations récurrentes générées par la production de Stedfast devraient bientôt être chose du passé. L’entreprise a investi 3 millions $ dans un nouveau système qui lui permettra non seulement de réduire son empreinte écologique, mais aussi de chauffer ses installations et d’accroître son efficacité énergétique.

«Pour une entreprise comme Stedfast, 3 millions $, c’est énorme, lance le directeur des opérations, Ian Abel. Ça va entre autres nous permettre de purifier à 98% l’air qui sort de l’usine. Ce qui est déjà plus pur que l’air ambiant qu’on respire.»

Selon M. Abel, l’un des trois procédés utilisés par l’entreprise pour la fabrication de ses textiles à valeur ajoutée, le calandrage, réalisé sur du caoutchouc, était principalement à l’origine des odeurs souvent rapportées autour de l’usine.

Des améliorations ont été réalisées au cours des dernières années pour réduire les émanations et répondre aux normes en vigueur, dit-il. Les nouveaux équipements permettront toutefois de rehausser le tout d’un cran et «d’aller plus loin que ce que les normes demandent».

Pas de géant

Techniquement, le «système thermique regénératif» acquis et installé par Stedfast vise à brûler les vapeurs résiduelles des procédés de fabrication, puis à récupérer et transformer l’énergie des fours pour chauffer l’usine durant la saison froide.

«Ça va nous permettre de faire des pas de géant dans la gestion de nos émanations. Et la beauté du projet, c’est l’économie d’énergie que ça va entraîner», souligne Ian Abel.

Stedfast a investi 3 millions $ dans un nouveau système qui lui permettra non seulement de réduire son empreinte écologique, mais aussi de chauffer ses installations et d’accroître son efficacité énergétique.

La consommation énergétique annuelle (électricité et gaz naturel) de Stedfast pourrait être réduite d’environ 30 % annuellement, à la lumière d’une analyse préliminaire réalisée par la direction.

Le directeur des opérations affirme que le projet est en préparation depuis 2019. Le système aurait pu être mis en opération bien avant. Mais il présentait une problématique de bruit pour lequel des solutions complexes et techniques ont dû être déployées.

L’équipe chargée du projet a néanmoins été bien entourée. Elle a fait affaire avec «des joueurs de renommée mondiale», de sorte qu’elle a pu venir à bout des embûches. Tout devrait être opérationnel vers la fin du mois de juin ou le début de juillet, avance M. Abel.

Point tournant

La réalisation de ce projet est assurément un point tournant pour l’entreprise, ajoute le directeur des opérations. «Ça va nous permettre de réduire de beaucoup notre empreinte écologique. C’est ce qu’on essaie de faire depuis plusieurs années. On a maintenant les outils pour pouvoir le faire. La technologie nous permet aussi de diminuer notre consommation d’énergie. Ce qui est encore mieux», lance-t-il.

Ian Abel fait en outre valoir que cet investissement va de pair avec les valeurs de l’entreprise, qui est de «protéger les gens» avec ses différents textiles techniques. La pandémie a notamment permis à l’entreprise, qui emploie 75 personnes à Granby, de relancer sa division médicale. Ses tissus antibactériens sont utilisés pour la fabrication de blouses médicales pour le personnel soignant du Québec. Les produits de Stedfast sont aussi utilisés dans les domaines industriel, de la défense nationale et des interventions d’urgence.

L’investissement lié au nouveau système de l’entreprise ne sera rentabilisé qu’à long terme. Mais le jeu en vaut la chandelle, car l’impact environnemental, lui, ne tardera pas à se faire sentir, est convaincu M. Abel.