Les entreprises doivent réfléchir attentivement si elles veulent éviter les nombreux pièges du travail à distance.
Les entreprises doivent réfléchir attentivement si elles veulent éviter les nombreux pièges du travail à distance.

Télétravail: maintenir le sentiment d’appartenance

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires.

***

Alors que la pandémie amorce sa deuxième vague, de nombreuses entreprises poursuivront l'expérience du télétravail et seront moins tentées de ramener les employés au bureau ou de mettre en place une formule hybride. L'été dernier, le géant américain Google avait déjà tranché la question: quelque 200 000 employés et contractuels seront en télétravail jusqu'en juillet 2021.

Les entreprises doivent en effet y réfléchir attentivement si elles veulent éviter les nombreux pièges du travail à distance, suggère un article de la firme McKinsey qui en analyse les différents impacts sur la gestion et le leadership des dirigeants, de même que sur la productivité des entreprises.

Un des principaux défis est d’assurer le maintien d’une seule culture d’entreprise. Les organisations prospèrent grâce à un sentiment d’appartenance et à un objectif commun qui peuvent facilement se perdre lorsque deux cultures émergent. Dans une telle situation, la culture en personne en vient à dominer, privant de leurs droits ceux qui travaillent à distance. Les entreprises doivent éviter de créer des situations où les employés davantage présents au bureau obtiennent les affectations les plus recherchées ou les promotions convoitées.

De plus, malgré de grandes avancées technologiques, rien ne peut remplacer entièrement les interactions en face à face, et ce, parce qu’une grande partie de la communication est non verbale. Les interactions en face à face favorisent aussi des échanges plus riches et créatifs, ou encore des connexions émotionnelles, qui peuvent être le moteur de la confiance, de la collaboration, de l’innovation et de la culture d’une entreprise.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce