Style de gestion : êtes-vous gorille ou lion?

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Il y a beaucoup à apprendre du royaume des animaux. Même en matière de gestion. L’observation des animaux sauvages a d’ailleurs amené Erna Walraven, conservatrice dans un zoo de Sydney, à écrire un livre intitulé C’est qui le chef - Ce que nous enseignent les animaux sauvages sur le leadership, dont le magazine Chef d’Entreprise a fait un compte rendu.

Qu’est-ce qui fait un bon leader ? Pourquoi les animaux choisissent-ils et suivent-ils un chef en particulier ? Quels sont les traits bénéfiques les plus courants chez les chefs d’animaux sauvages ? Voilà autant de questions auxquelles répond l’auteur en détaillant différentes manières de diriger, selon les espèces, et différentes manières de fonctionner, selon les groupes.

Au sein des clans de gorilles, par exemple, le chef prend les décisions seul. Si cette façon autoritaire de diriger peut créer du mécontentement parmi les employés, elle peut cependant s’avérer utile pour prendre des décisions rapidement dans des moments critiques.

À l’inverse, certaines espèces comme les buffles d’Afrique, les cerfs communs ou les abeilles, ont des principes démocratiques qui favorisent le consensus en offrant à chaque membre la possibilité de faire part de ses idées librement.

Le lion d’Afrique est un chef libéral avec une attitude décontractée qui tend à déléguer. Ce style fonctionne bien au sein d’une équipe d’experts qui doivent avoir les aptitudes et la capacité à travailler de façon autonome et d’accomplir leur mission avec très peu d’instructions. Même s’il est en retrait, le chef doit donner son opinion et apporter son aide si besoin.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce