Savoir recueillir et analyser des données: un atout

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires.

***

Les entreprises ont désormais la possibilité de récolter une multitude d’informations en temps réel sur leurs produits, leurs opérations ou encore leurs clients. Ces données, combinées à des technologies d’intelligence artificielle, permettent aux entreprises d’obtenir des informations essentielles pour rendre leurs activités encore plus efficaces.

Ce sont les entreprises qui ont la capacité d’utiliser et d’analyser ces informations stratégiques qui s’en tirent mieux en temps de crise, comme le démontre la récente pandémie, note le magazine Strategy + Business qui cite en exemple diverses entreprises. Une firme spécialisée en services d’ingénierie et de technologie, qui avait fait d’importants investissements en transformation numérique, s’est ainsi trouvée bien placée pour répondre aux besoins de ses clients en matière de travail à distance et de cybersécurité.

En revanche, d’autres entreprises ont eu du mal à suivre le rythme rapide des changements imposés par le confinement et les restrictions sanitaires. Il a fallu près d’un mois aux dirigeants d’un fabricant mondial de composants automobiles pour obtenir les informations nécessaires qui lui auraient permis d’apporter des changements critiques en matière de personnel dans ses diverses installations. Des entreprises de biens de consommation n’ont pas su lire les signaux sur l’évolution des préférences des consommateurs pendant le confinement.

Les entreprises ont donc tout intérêt à investir dans leur capacité de recueillir et d’analyser des données. Elles seront ainsi davantage en mesure de prévenir les crises avant qu’elles ne fassent des ravages, voire de mieux cerner les pressions concurrentielles avant qu’elles ne menacent leurs parts de marché.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce