Réinventer le marketing

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires.

***

La pandémie a grandement modifié les habitudes d’achat des consommateurs. Faute de pouvoir se rendre dans les magasins, ils se sont en effet tournés vers le commerce électronique pour se procurer divers biens ou services. Amazon a d’ailleurs vu son chiffre d’affaires exploser de 40 % au deuxième trimestre.

Le retour à la «normale» est peu probable. Du moins pas de sitôt. De toutes manières, de nombreuses enquêtes partout dans le monde démontrent que les consommateurs ont l’intention de continuer, voire d’augmenter leurs achats en ligne. Voilà pourquoi les équipes de marketing, qui tentent d’établir des relations durables avec les clients, doivent réfléchir sérieusement - et différemment - à ce que le consommateur pensera, ressentira, dira et fera à l’avenir, indique la firme de consultants McKinsey.

Les spécialistes en marketing devront non seulement repenser à mieux se connecter avec les consommateurs, mais aussi à la manière de gérer la nouvelle vague de données et de l’utiliser pour mieux personnaliser les offres et les messages à des segments de clientèle de plus en plus restreints. Cette analyse est essentielle dans le suivi des préférences et des comportements des consommateurs et pour favoriser une réponse rapide aux opportunités ou aux menaces.

Ils doivent aussi repenser les parcours d’achat des consommateurs qui, dans le confort de leurs foyers, sont moins pressés. Ils peuvent passer du temps à comparer différents magasins. Ils peuvent «ajouter au panier», puis revenir en arrière, ou encore faire leurs courses à des heures différentes. À n’en pas douter, la pandémie a généré un défi sans précédent pour la fidélité des consommateurs et la réponse des spécialistes en marketing.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce