Le secret de la réussite: le sens du timing!

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires.

***

La rumeur veut que seulement 1 startup sur 10 obtiendra le succès espéré! La plupart échouent entre autres par leur incapacité à intéresser des investisseurs ou pour avoir créé un produit ou service dont personne n’a vraiment besoin.

S’il n’y a pas de formule magique favorisant le lancement de la startup parfaite pour la mettre à l’abri de ces 90 % d’échecs, il y a toutefois un facteur de succès primordial qui se hisse au-dessus des autres: le timing de son lancement.

Voilà du moins ce qu’affirme Jayson DeMers, pdg de la startup américaine EmailAnalytics, qui partage sa réflexion dans le magazine Medium. Si l’idée de départ, le business model, le financement et la force de l’équipe sont des éléments essentiels qui augmenteront les chances de succès, le timing est l’ingrédient principal qui permet de prédire si le projet de startup passera ou cassera, estime en effet le jeune entrepreneur de Seattle, cette ville d’entreprises à succès qui a notamment vu naître Microsoft, Amazon et Starbucks.

Si une idée arrive trop tôt sur le marché et que les consommateurs ne sont pas prêts, ils ne l’adopteront pas. Et si, au contraire, cette même idée sort tardivement et qu’il y a déjà un certain nombre de concurrents dans ce créneau, l’entreprise risque aussi de ne pas avoir sa place au soleil.

Il n’y a toutefois pas de méthode éprouvée pour déterminer précisément le bon timing, qui tient bien souvent de l’intuition et de la chance, reconnaît Jayson DeMers.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce