L’ABC de la vente d’une entreprise

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Vendre son entreprise est sans doute l’une des décisions les plus importantes que prendra un entrepreneur. D’autant qu’il aura peut-être passé une grande partie de sa vie à la bâtir et que cette décision sera très émotive.

Par quoi commencer, comment s’y prendre, quel est le meilleur prix ou le bon acheteur ? Voilà autant de questions auxquelles répond le magazine Maddyness.

Une des principales erreurs serait de vendre de façon précipitée sans y être bien préparé. L’entrepreneur doit alors se poser une série de questions : pourquoi est-ce que je veux vendre ? Quel est le meilleur timing ? Quel type d’acquéreur viser ?

Il doit du même coup en profiter pour faire un diagnostic de toutes les activités de l’entreprise et, au besoin, mettre à jour les documents légaux ou régler les conflits potentiels.

Il importe aussi de trouver plusieurs acheteurs afin de pouvoir en retirer un meilleur prix de vente. Les acquéreurs potentiels se retrouvent souvent parmi les concurrents, les fournisseurs et les sous-traitants, ou même chez des employés ou des clients. Des organismes spécialisés, comme des chambres de commerce, facilitent aussi la recherche d’acheteurs. Mais, dans tous les cas, le vendeur ne doit pas trop ébruiter sa volonté de céder l’entreprise, ce qui pourrait diminuer sa valeur.

La vente d’une entreprise étant une opération longue et complexe, l’article suggère de se faire accompagner par des spécialistes qui feront la promotion de l’entreprise auprès de repreneurs potentiels, ainsi que par des experts comptables et juridiques qui règleront les détails de la vente.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce