La gestion des milléniaux

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Les baby-boomers, qui ont longtemps dominé le marché du travail, cèdent graduellement leur place à la génération des milléniaux qui, dit-on, ont des valeurs, des attentes et des exigences différentes envers les dirigeants d’entreprises plus âgés. Les dirigeants d’aujourd’hui ont intérêt à adopter une autre approche pour mieux gérer et optimiser le potentiel de cette génération, indique un article du London Business School qui suggère différentes façons de faire.

Pour les générations passées, c’est l’engagement dans le travail, la loyauté envers l’entreprise et le passage du temps qui menaient à l’ascension au sein d’une organisation. La nouvelle génération est plus encline à quitter rapidement un emploi et s’attache plus à un but qu’à une récompense matérielle. Son allégeance première n’est pas à l’organisation, mais à l’équipe et aux personnes qui l’entourent.

Elle est aussi moins matérialiste. Le salaire, les primes et les promotions, bien qu’importants, entrent en concurrence avec des concepts tels que l’objectif, le développement et la culture d’entreprise, constate un chercheur qui, pendant cinq ans, a interrogé des milléniaux et leurs employeurs dans une quarantaine de pays.

Les milléniaux recherchent particulièrement un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. Le 9 à 5 est vu comme un modèle archaïque alors que la technologie permet d’avoir un accès constant au travail, comme l’a si bien démontré la pandémie. Les gestionnaires doivent aussi s’assurer d’arrimer les objectifs de cette nouvelle génération de travailleurs à ceux de leur propre organisation et favoriser la transparence. Il importe également de se montrer flexible envers les personnes qui partent. Après tout, ils pourraient bien revenir.

Pour en savoir plus : How best to manage Millennials

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce