Gérer avec bon sens et pragmatisme

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Comment peut-on garder le cap quand ça tangue et qu’une crise perdure? En réagissant tout simplement avec bon sens et pragmatisme, répond Caroline Bertholier, conseillère en gouvernance et spécialiste de la performance des dirigeants et managers, dans un article publié par le magazine Cadre & Dirigeant.

En apparence simpliste, le bon sens et le pragmatisme aident pourtant à discerner, s’adapter et avoir le courage d’apprendre. Discerner, c’est savoir analyser les comportements humains, choisir ses paramètres d’aide à la décision, et avoir une capacité à projeter et anticiper les conséquences de ses décisions. Le discernement implique à la fois la capacité d’identifier et de percevoir. Si identifier ou distinguer les choses nécessite une démarche rationnelle (indicateurs, benchmark, rapports), percevoir relève souvent plus de l’intuition.

Une grande majorité (85 %) des dirigeants interrogés pour une étude de la Harvard Business Review disent avoir recours à leur intuition pour prendre une décision. Mais pour se rassurer quant à la justesse de son intuition, il faut avoir pris un temps de réflexion préalable, précaution qui évite la précipitation irréfléchie.

Il faut aussi savoir s’adapter aux circonstances ou encore aux évolutions technologiques. Il importe de ne pas se figer dans des certitudes, des comportements ou des choix qui ont été efficaces à un moment, mais qui doivent aussi évoluer en fonction d’un contexte changeant. Accepter de sortir de sa zone de confort n’est pas toujours simple, mais indispensable.

Il y a enfin la nécessité d’apprendre, soit en continuant à parfaire sa formation, soit en profitant du contact avec des experts et même ses employés.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce