Financement participatif : plus que de l’argent

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Le financement participatif ou sociofinancement (crowdfunding) a contribué au lancement de nombreuses startups au cours des dernières années. Mais ce type de financement peut aussi s’avérer utile pour les entreprises établies qui sont à la recherche de l’apport des clients pendant le développement de produits, fait valoir le Harvard Business Review.

Le sociofinancement est plus qu’un simple moyen de collecter des fonds. Des géants comme Procter & Gamble, Coca-Cola et Lego commencent même à se lancer dans le jeu, note l’article. Ils ne s’intéressent toutefois pas à l’aspect monétaire, mais plutôt à la valeur cachée du financement participatif : la voix du client.

Il s’agit en effet d’une excellente alternative aux moyens plus traditionnels d’obtenir les commentaires des clients dans le développement de produits. Les clients potentiels prêts à investir de l’argent dans le développement d’un produit seront plus impliqués que les personnes dans un groupe de discussion. La volonté des clients qui s’engagent dans le financement participatif est ainsi inégalée par d’autres formes d’interaction avec des consommateurs.

Au fil des ans, des clients ont non seulement proposé des idées concrètes de produits, mais aussi permis de relier les entreprises à des fournisseurs et détaillants potentiels, notent les auteurs de l’article qui ont analysé plus de 20 000 campagnes sur la plateforme Kickstarter.

Pour profiter d’un tel apport, les entreprises doivent toutefois être ouvertes à la co-création. Les bailleurs de fonds participatifs souhaitent vraiment mettre leur temps et leurs connaissances au service de projets de financement participatif. En retour, iIs attendent seulement l’ouverture réelle d’une organisation à leurs idées.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce

À lire aussi