Et si on s’inspirait des innovations chinoises?

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Les tensions commerciales et géopolitiques entre la Chine et les pays occidentaux nous amènent à ignorer les importantes avancées technologiques réalisées dans ce pays. Or, il serait temps de s’inspirer des innovations provenant de la Chine, suggère le Ivey Business Journal.

Baidu a été surnommé le «Google de la Chine», tandis que Taobao était le «eBay de la Chine» et Renren le «Facebook de la Chine». Carly Fiorina, l’ancienne PDG de Hewlett-Packard, a même déjà affirmé que les Chinois ne sont pas très imaginatifs ni entrepreneuriaux, et ne savent pas innover.

Ces temps-là semblent révolus. Les innovations chinoises ont même attiré Mark Zuckerberg qui s’est rendu dans ce pays pour rencontrer les PDG des principales sociétés de services Web, afin de mieux comprendre leurs nouveaux services. En 2019, Facebook imitait l’application mobile chinoise WeChat en créant davantage de moyens d’interaction entre les utilisateurs. Puis, l’année dernière, elle s’inspirait de l’application à succès TikTok pour lancer le clone Instagram Reels.

La plupart des entreprises de la Silicon Valley sont inspirées par des visions de développement de technologies et de produits susceptibles de changer le monde. Quand ça fonctionne, les résultats peuvent être sismiques. Mais il y a un danger d’une concentration excessive sur la technologie et la fonctionnalité du produit.

Les innovateurs chinois ont une approche différente. Au lieu de nouvelles technologies et de visions transformatrices, les histoires de réussite chinoises commencent généralement par des informations sur les besoins non satisfaits des clients ou les frustrations des utilisateurs, note l’article en soulignant que les entreprises d’ici ne doivent plus négliger les façons de faire chinoises.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce