En temps de crise : changer de stratégie ou non ?

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Lorsqu’une crise survient, et que le signal d’alarme retentit, le réflexe normal est de supposer qu’il faut aussi changer de stratégie. Car les entreprises cherchent à juste titre à faire preuve d’agilité et non de complaisance. Mais il faut surtout faire attention de ne pas réagir en fonction du discours ambiant, mais bien selon la situation réelle qui prévaut au sein de l’entreprise, prévient le Harvard Business Review qui a analysé les meilleurs moments pour changer de stratégie...ou non.

Si vous ressentez le besoin impératif de faire quelque chose, faites une pause avant de passer à l’action. Aussi cruelle que soit la pandémie, il faut d’abord se demander si elle présente des opportunités, si le marché reviendra éventuellement à la «normale» ou encore s’il faut agir pour accélérer le passage à une nouvelle norme.

Si vous n’êtes pas satisfait des performances ou des perspectives de votre stratégie actuelle, demandez-vous pourquoi une nouvelle stratégie potentielle améliorerait les résultats. Vos concurrents sont à bout de souffle, tout comme vous. Ils pourraient céder à des mouvements de panique ou mal interpréter les attaques perçues, tout comme vous. Réfléchissez à la meilleure façon dont votre entreprise peut être dirigée, non seulement comme étant la première à agir, mais plutôt comme la plus sage.

Mais n’oubliez pas ceci : meilleure est votre stratégie actuelle, plus une nouvelle stratégie sera probablement pire ! Et que ne rien faire est toujours une option. Ce n’est pas que vous ne devriez rien faire. Mais envisager cette option fait aussi partie d’une bonne pratique analytique.

Pour en savoir plus : When to Switch Strategy in a Crisis 

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce