Développer une culture de «datalphabétisation»

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

La valorisation des données est de plus en plus au coeur de la transformation et du succès des entreprises, particulièrement celles qui ont une plus grande conscience de leur importance et qui poussent toujours plus loin leur transition numérique.

Or, la mise en place d’une stratégie analytique efficace passe par une plus grande connaissance des données par l’ensemble des employés, et ne doit donc pas être seulement réservée au petit groupe des spécialistes en la matière, indique le magazine Cadre & Dirigeant, qui suggère même la nomination d’un gestionnaire en littératie des données pour développer une plus grande «datalphabétisation» au sein de l’entreprise.

Une organisation sera véritablement axée sur les données (data-driven) si un plus grand nombre d’employés ont les compétences non seulement pour lire, mais aussi analyser, travailler et argumenter avec les données. Toutefois, donner les moyens à tous de prendre part à cette stratégie n’est pas simple à accomplir. Le rôle du gestionnaire en littératie des données est justement de faciliter la transformation numérique de l’entreprise tout en favorisant sa compréhension tant chez les dirigeants que pour l’ensemble des employés.

Ce gestionnaire doit évidemment posséder de bonnes connaissances en analytique, afin de pouvoir travailler de concert avec les spécialistes des données de l’entreprise. Mais il doit également avoir une bonne connaissance des différents métiers de l’entreprise, ainsi que des capacités en communication qui lui permettront de mettre en place une culture d’entreprise axée sur la transformation numérique et d’améliorer les compétences en matière d’analyse des données à l’échelle de l’organisation.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce