Cap sur le long terme

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires.

 ***

Quand une entreprise va bien, les dirigeants passent environ 80 % de leur temps à se concentrer sur la croissance à long terme et seulement 20 % à gérer le court terme. Mais en situation de crise, c’est le contraire alors qu’ils passent une fraction de leur temps à regarder vers l’avenir. Une vision à très court terme n’est toutefois pas durable et risque de compromettre les perspectives d’avenir d’une entreprise, rappelle le magazine Strategy + Business.

Bien entendu, toute crise et son impact doivent être gérés à court terme afin notamment de mieux contrôler les coûts et d’éviter les perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Mais, aussi pressantes que soient les exigences liées à la crise actuelle, alors que les entreprises continuent de lutter contre l’impact de la pandémie, les dirigeants doivent s’efforcer de trouver un équilibre entre le court et le long terme, écrit l’auteur Harry Kraemer, professeur de leadership à la Kellogg School of Management de l’Université Northwestern.

Bien que l’avenir semble incertain, cela ne signifie pas que les chefs d’entreprise ne peuvent pas le planifier. Pour y parvenir, ils doivent se concentrer sur ce qui est connu. Par exemple, la pandémie ne durera pas éternellement et ne se terminera pas d’ici quelques semaines. En se penchant sur divers scénarios visant à déterminer comment une entreprise sera-t-elle affectée au cours des trois à quatre prochains mois, de six à 12 mois ou encore d’un à deux ans, la direction peut ainsi décider des meilleures réponses à la fois à la crise et aux occasions d’affaires.

Pour en savoir plus : Why leaders need a long-term view

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce