Attention au buzz !

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Pour se faire connaître, se démarquer et attirer des clients, un nombre croissant d’entreprises utilisent un moyen de communication très actuel: le buzz. Mais cette stratégie de marketing doit être utilisée avec soin pour éviter les dérapages ou mauvaises surprises, prévient le magazine Dynamique Entrepreneuriale qui donne des exemples de succès et d’échecs.

Le buzz peut grandement favoriser l’image d’une entreprise. Pour les startups, cette méthode permet notamment d’annoncer sa création, ou, pour les entreprises déjà présentes, de lancer un nouveau produit ou un service innovant. Une application mobile en ligne développée par l’entreprise française Zslide a littéralement fait le buzz, avec 350 000 téléchargements en France, et sa diffusion instantanée sur Facebook a permis aux dirigeants d’obtenir un partenariat avec Microsoft.

Le buzz a aussi l’avantage de ne pas coûter une fortune. Il suffit simplement de lancer sa campagne de communication au bon moment, d’avoir des idées précises et originales. Mais encore faut-il diffuser des idées qui auront un impact positif. Le géant McDonald’s, qui avait utilisé les réseaux sociaux pour demander à ses clients des souvenirs en lien avec la chaîne de restauration, s’est rapidement retrouvé avec certains consommateurs ayant écrit de mauvais souvenirs.

Gare au mauvais buzz, donc! La publicité d’une entreprise sur Internet se propage très vite ; un buzz qui ne fonctionne pas peut nuire gravement à la réputation de l’entreprise. Les réseaux sociaux peuvent servir de tremplin pour certaines entreprises, mais aussi s’avérer un véritable fléau pour d’autres. D’autant que bon nombre d’entreprises n’ont pas de plan d’urgence en cas de mauvaise communication.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce