Tommy Paiement, copropriétaire du restaurant Poutine Squish Squish, qui servira ses premiers clients au mois d’octobre.
Tommy Paiement, copropriétaire du restaurant Poutine Squish Squish, qui servira ses premiers clients au mois d’octobre.

Poutine Squish Squish, un restaurant ancré dans la communauté à Cowansville

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Un nouveau restaurant, Poutine Squish Squish, ouvrira ses portes à l’automne rue Principale, à Cowansville, avec l’ambition de s’implanter dans la communauté et de faire une différence.

L’un des fondateurs, Philippe Mercier, porte plusieurs chapeaux, dont ceux de conseiller municipal du quartier de Ruiter, à Cowansville, et de gestionnaire en immobilier. «Il y a un immeuble que j’ai identifié comme très intéressant et je chéris depuis longtemps un projet de restaurant que je voulais voir naître à Cowansville», raconte-t-il.

Lorsque le local situé au 518, rue Principale — où plusieurs cantines se sont installées au cours des 50 derrières années — a été mis en vente, il a sauté sur l’occasion pour faire de son rêve une réalité. Les rénovations vont bon train et Poutine Squish Squish devrait accueillir ses premiers clients dès le mois d’octobre.

Son petit-cousin, Tommy Paiement, a fait ses armes dans le domaine de la restauration à Montréal après ses études et a accepté de se lancer dans l’aventure avec lui à titre de cuisinier et copropriétaire.


« C’est plus facile d’organiser son restaurant et de le rendre ''covid-proof'' quand tu pars de zéro. »
Tommy Paiement, cuisinier et copropriétaire

La crise sanitaire est venue compliquer les choses pour plusieurs entrepreneurs qui s’apprêtaient à se lancer en affaires, mais Tommy Paiement et Philippe Mercier ne se sont jamais inquiétés. Ils ont pensé leur modèle d’affaires en fonction des restrictions liées à la pandémie: service de livraison et de take-out, tables extérieures, salle à manger adaptée. «On va espérer qu’il n’y ait pas de deuxième vague, mais si ça arrive nous allons être prêts», assure M. Mercier.

«C’est plus facile d’organiser son restaurant pour le rendre covid-proof quand tu pars de zéro», note Tommy Paiement.

Croire en sa région

«On est du coin, on croit en la région et on croit qu’il y a un marché pour ce genre de nourriture à Cowansville», lance Tommy Paiement, avant d’ajouter qu’ils espèrent générer de l’activité dans ce secteur de la ville. «Il y a du potentiel», assure-t-il.

M. Paiement est revenu dans la région il y a quatre ans et il a depuis tissé des liens avec des producteurs de viandes et des maraîchers de la région, qu’il faut s’attendre à retrouver sur le menu.

Ils nourrissent l’ambition de s’implanter dans la communauté et d’offrir certaines poutines dont une part des profits irait à des organismes, comme la fondation de l’hôpital BMP ou encore pour aider à financer le hockey mineur. «Je crois que c’est la base aujourd’hui, quand tu te lances en affaires, tu ne le fais pas juste pour toi, tu le fais aussi pour être impliqué dans ta communauté», soutient M. Mercier.

Une nouvelle microbrasserie verra aussi le jour à Cowansville dans les mois à venir, Le Sage Microbrasserie, avec qui Poutine Squish Squish compte développer un partenariat. «Il va y avoir un salon de dégustation, mais il n’y aura pas de salle à manger donc ce seront nos menus sur leurs tables et les gens vont pouvoir commander du Squish Squish, on va leur livrer directement», explique le conseiller municipal.

Voir grand

Poutine Squish Squish fait évidemment référence au son que fait le fromage à poutine lorsqu’il est mâché, et on sent la fierté des entrepreneurs d’avoir mis la main sur ce nom.

«On ne voulait pas appeler ça “Cantine chez Tommy”, on voulait arriver avec un concept “franchisable” qui nous permettrait éventuellement d’ouvrir des succursales un peu partout. Ça ne veut pas dire que ça va arriver, mais on s’est dit qu’on démarrerait en prenant cela en considération», raconte Philippe Mercier.