Mara Do Santos et Jonathan Thibault, propriétaires de la brasserie La Ferme, située sur le chemin Meunier, à Shefford

Microbrasserie La Ferme: des bières bio et de terroir

Une nouvelle entreprise brassicole prend racine dans la région. La brasserie La Ferme, située sur le chemin Meunier, à Shefford, s’installe dans la vallée faisant face au mont du même nom. Le couple d’entrepreneurs derrière le projet, Mara Do Santos et Jonathan Thibault, souhaite aborder le marché déjà saturé des bières de microbrasserie en offrant aux amateurs un produit de qualité, biologique et révélant son terroir.

À la brasserie La Ferme, la vue est splendide, mais le temps manque pour l’admirer. Jonathan Thibault et Mara Do Santos aimeraient voir leurs créations sur les tablettes en juillet prochain. Cependant, la liste des tâches à abattre d’ici là est longue.

Le duo aime les défis et ça tombe bien, ils n’en manquent pas ! En plus de brasser leur propre bière, le projet entrepreneurial des artisans de La Ferme comprend également un volet agricole.

« Notre vision, c’est un produit du terroir. Nous allons produire nos ingrédients et c’est l’élément qui nous différencie. On veut aussi travailler avec les autres producteurs des environs pour nos autres besoins de grains et de petits fruits. On veut que ce soit propre à la région pas juste dans la façon de faire, mais aussi dans le produit fini », explique Jonathan Thibault qui ne manque pas d’enthousiasme.

Projet audacieux

Le couple reconnaît l’audace de leur projet, et que les risques sont aussi nombreux que les multiples étapes menant à la production de leurs bières.

Jonathan Thibault et Mara Do Santos se sont toutefois entourés d’agronomes pour les guider dans leurs deux principales cultures. L’entreprise est en processus pour obtenir la certification biologique délivrée par l’organisme Écocert pour les futures récoltes, et les entrepreneurs doivent encore perfectionner leurs connaissances en production agricole.

L’automne prochain, la houblonnière en sera à sa troisième récolte.

« On a déjà appris beaucoup avec les deux premières récoltes. Tant qu’à apprendre, c’était important pour nous de le faire de la bonne façon en utilisant des méthodes qui sont bonnes pour l’environnement », soutient Jonathan.

Terroir

Pour le moment, la houblonnière occupe une superficie d’un acre et une dizaine d’acres seront consacrés à la culture de l’orge.

« C’est suffisant à notre production pour démarrer. En nous développant, nous pourrons augmenter la superficie cultivée. Certaines de nos bières seront produites à 100 % à partir de nos ingrédients, alors que d’autres nécessiteront des ajouts provenant d’autres producteurs. On pourrait aussi cultiver d’autres choses comme des vignes pour ajouter à nos recettes », projette-t-il.

À l’automne, la houblonnière en sera à sa troisième récolte. Mme Do Santos et des amis du couple s’affairaient d’ailleurs à la mettre d’aplomb, samedi, lors du passage de La Voix de l’Est.

Le houblon est une plante adaptée au climat québécois, mais un peu capricieuse. Elle boit beaucoup, mais préfère avoir les pieds au sec, explique Mara. C’est entre autres ce qui a guidé leur choix de site, leur terrain étant incliné face à la montagne. Le couple n’exclut pas de permettre à des visiteurs d’apprécier la vue « mais il y a d’autres étapes avant », explique Jonathan.

Crise de la quarantaine

Il s’agit d’une première aventure entrepreneuriale pour le couple de Sheffordois. « C’est un peu une crise de la quarantaine, blague Jonathan Thibault. Ça m’a trotté longtemps dans la tête et le jour qu’on a pu tout mettre ensemble, on a eu l’impression que ça pouvait marcher », explique-t-il.

« Je suis un passionné, ça fait quinze ans que je brasse, mais là c’est complètement différent. On doit composer avec nos ingrédients. C’est sûr qu’on continue de suivre des recettes pour les mettre en valeur, mais nos bières auront vraiment leurs caractéristiques et c’est tant mieux », soutient-il.

Le couple n’a pas encore arrêté son choix sur les types de bières qui seront d’abord produites. L’entreprise s’affaire à conclure des ententes de distribution avec des restaurateurs et des points de vente dans la région ; ces informations seront précisées sur leur page Facebook dans les prochaines semaines.