La section Brome-Missisquoi sur la plateforme Maturin.ca compte une quarantaine de producteurs agroalimentaire jusqu’à présent.
La section Brome-Missisquoi sur la plateforme Maturin.ca compte une quarantaine de producteurs agroalimentaire jusqu’à présent.

Le «centre d’achat virtuel» de Brome-Missisquoi est en ligne

Les plateformes d’achat local Jachetebromemissisquoi.com, via lachatlocal.com, et Maturin.ca ont été officiellement lancées. En date de mardi, 290 commerçants et producteurs étaient sur l’une ou l’autre, ou les deux plateformes. La première est un «centre d’achat virtuel» tandis que la deuxième regroupe des producteurs agroalimentaires.

S’il n’est possible de faire des transactions sur le site Jachetebromemissisquoi qu’à partir de mercredi 27 mai, la section dédiée à la région sur Maturin.ca a déjà cumulé 20 000 $ de transactions, depuis le 23 mars.

«On rêve d’avoir 400 à 500 entreprises sur le web, observe M. Desmarais, directeur général de la MRC Brome-Missisquoi. On n’est plus très loin ! Je n’ai pas les chiffres d’il y a six mois, mais je suis certain qu’on a triplé le nombre d’entreprises qui sont visibles sur le web [avec cette initiative]. [...] On met l’accent beaucoup sur la qualité des produits de ces producteurs-là et également sur la relation avec le producteur. Chaque producteur a une histoire à raconter et c’est intéressant que les gens puissent associer les produits, les producteurs et l’investissement qu’on fait dans notre propre région.»

La MRC et le CLD Brome-Missisquoi poursuivent le travail avec la chambre de commerce pour attirer encore plus de commerçants.

La MRC a acquis les sections Brome-Missisquoi sur les deux plateformes et a offert une aide financière aux entreprises participantes pour les six premiers mois, ce qui représente entre 25 000 $ et 30 000 $ d’investissement jusqu’à présent.

«C’est quand même important ce qu’on fait, commente le préfet de la MRC Brome-Missisquoi et maire de Farnham, Patrick Melchior. La pandémie a apporté son lot de choses, mais peut-être aussi son lot de bonnes façons de faire pour le futur.»

Selon la présidente du CLD Brome-Missisquoi et mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, la dynamique a changé dans les trois derniers mois. «Il y a quelques années, ce sont les citoyens qui allaient vers les commerces pour faire leurs achats. Aujourd’hui, avec la pandémie qui nous invite à agir plus rapidement, ce sont les commerces qui vont vers les consommateurs.»

50 % peuvent vendre en ligne

Les entreprises peuvent afficher seulement leurs coordonnées dans le répertoire ou permettre la vente directe aux consommateurs sur leur propre site ou bien sur la plateforme dans la page qui leur a été attribuée. Des 290 commerces qui se sont inscrits, environ 150 offrent la vente directe en ligne.

«Ce que la plupart [des 140 restants] nous ont dit, c’est qu’ils avaient un manque de ressources et un manque de temps en raison de la COVID-19, explique Marie-Ève Lebrun, coordonnatrice de la stratégie d’attraction de nouvelles populations. Pour eux, ça représente une toute nouvelle façon de fonctionner, comme pour la livraison. La question financière n’était pas souvent soulevée parce que la MRC permet aux entreprises de s’inscrire à très faible coût. Il y en a quand même plusieurs qui ont l’intention de le faire ou qui étaient en processus pour créer leur propre site.»

Mme Lebrun a travaillé sur le projet de la plateforme principale, Jachetebromemissisquoi, tandis que sa collègue Leslie Carbonneau a pris en charge le volet agroalimentaire via Maturin.ca.

Une application mobile est en développement par le Groupe Olix, la boîte de communication derrière lachatlocal.com, qui héberge Jachetebromemissisquoi.com. Cependant, les deux plateformes ont été conçues pour s’adapter aux téléphones intelligents.