Grand patron d’Industries Lassonde inc., Jean Gattuso s’est adressé lundi à plus de 200 membres de la communauté d’affaires de la métropole dans le cadre d’un dîner-conférence organisé par le Cercle canadien de Montréal.

Lassonde : centenaire et prospère

MONTRÉAL — Lassonde ne fait pas son âge. L’entreprise fondée à Rougemont célèbre cette année cent ans d’existence et entrevoit son avenir avec optimisme, affirme son dirigeant Jean Gattuso.

Le grand patron d’Industries Lassonde inc. s’est adressé lundi à plus de 200 membres de la communauté d’affaires de la métropole dans le cadre d’un dîner-conférence organisé par le Cercle canadien de Montréal.

Porter le « rêve » d’Aristide Lassonde, fondateur d’une conserverie en 1918, rêve qui perdure depuis maintenant quatre générations : voilà la motivation de Jean Gattuso, qui fait croître l’entreprise à titre de chef de l’exploitation depuis 2009 et de président depuis 2012.

Après les conserves, les premiers jus de pommes sont commercialisés en 1959 ; la marque Oasis débarque sur le marché huit ans plus tard. Au fil des années, les marques se multiplient et se diversifient. Aujourd’hui, la multinationale compte quatre grandes divisions qui regroupent sa gamme élargie de produits : jus et boissons, cidres, vins, sauces, bouillons, tartinades, etc.

En 1987, le géant du jus de fruits fait son entrée en bourse. L’action, qui valait 73 $ au début de 2013, en vaut maintenant 250 $. La famille Lassonde possède encore 53 % des actions et 93 % du droit de vote au sein du conseil d’administration de l’entreprise.

Celle-ci compte aujourd’hui plus de 2000 employés de plus de 35 nationalités dans ses 14 usines réparties dans quatre provinces canadiennes et six États américains. « Lassonde, ce sont des gens qui font la différence jour après jour. On amène tout ce beau monde-là vers un même but, et c’est l’équipe entière qui nous a menés là où nous nous situons aujourd’hui », clame M. Gattuso.

Lui-même descendant d’immigrants italiens, M. Gattuso a souligné le rôle important que jouent les travailleurs étrangers temporaires dans l’industrie agroalimentaire. « Ils représentent 15 % des postes de manœuvre », dit-il, exprimant le souhait que les démarches pour attirer et retenir ces employés soient facilitées.

Conquérir le marché américain
En cinq ans, le chiffre d’affaires de Lassonde a cru de 50 %, passant de 1,02 milliard à plus de 1,5 milliard de dollars. Une hausse qui s’explique entre autres par la percée de la compagnie aux États-Unis, où elle a acquis les marques Clement Pappas, en 2011, puis Apple & Eve, en 2014.

Cette croissance par acquisitions a porté ses fruits et a permis au fleuron de Rougemont de s’imposer sur ce marché d’envergure. En 2010, les ventes de produits en sol américain ne représentaient que 6 % des transactions de l’entreprise. Maintenant, 58 % de tout l’inventaire de Lassonde trouve preneur chez nos voisins du Sud.

Aujourd’hui, la multinationale compte quatre grandes divisions qui regroupent sa gamme élargie de produits: jus et boissons, cidres, vins, sauces, bouillons, tartinades, etc.

Les changements dans la législation fiscale américaine pourraient amener Lassonde à adapter ses stratégies pour tirer son épingle du jeu. Le taux d’imposition de l’entreprise devrait augmenter aux États-Unis pour se situer à un niveau égal au taux canadien. « On ne sait pas encore ce qui sera déductible ou non. On va suivre de près ce qui va se passer », explique le dirigeant.

Ce protectionnisme ne devrait pas freiner l’élan de l’entreprise, qui demeure ouverte à d’éventuelles acquisitions.

Pas question toutefois de dévoiler si des pourparlers sont en cours ou d’annoncer si la famille s’agrandira au cours de l’année. « Je dis toujours qu’il faut être deux pour danser. On vise l’Ouest et le Midwest américains, on connaît beaucoup de gens. Un moment donné, une occasion se présentera... », a-t-il laissé entendre dans un bref entretien avec La Voix de l’Est.

Innover intelligemment
Le changement des habitudes de consommation dans le commerce de détail, l’évolution des goûts des consommateurs, l’hypersegmentation des marchés, accompagnée d’une accélération des acquisitions, et le développement de plus en plus rapide des technologies constituent les défis actuels auxquels doit faire face Lassonde. « Il ne faut rien prendre pour acquis : tout est à gagner », affirme Jean Gattuso.

Pour assurer la postérité d’Industries Lassonde, il faut d’abord offrir un bon produit, dans le bon format et au bon prix, dit-il. Il faut ensuite consolider ses acquis, mais surtout, il faut innover. « Innover, c’est être rebelle, c’est être près de ses clients et de ses employés, c’est éviter la bureaucratie inutile», énumère l’homme d’affaires, pour qui l’évolution de l’entreprise passe par des initiatives favorisant le développement durable de même que la santé et le bien-être des consommateurs.

Les occasions de grandir existent, il suffit d’être à l’affût, croit Jean Gattuso, donnant comme exemple le marché américain des suppléments de repas, qui vaut 6,6 milliards de dollars. « Nous, la croissance, on va la trouver. [...] Si on est intelligents et créatifs, on va trouver des opportunités d’affaires », déclare-t-il.

Les risques inutiles doivent toutefois être évités. « Il faut être capable de dire non, avoir le goût du risque, mais du risque calculé. C’est être à la fois audacieux et prudent », a-t-il confié.

Dans un horizon de trois ans, le président prévoit investir 22,8 millions de dollars pour augmenter la capacité de production de la division Spécialités Lassonde, qui comprend notamment les sauces pour pâtes, bouillons, tapenades, marinades, maïs en conserve et soupes.

Une somme de 26,8 millions de dollars américains sera par ailleurs injectée afin d’ajouter une nouvelle ligne de production pour fabriquer des produits en format individuel dans les usines américaines.

Cent ans d’âge ne ralentissent pas les projets chez Industries Lassonde, au contraire, ils alimentent la multinationale. « Chaque humain perd 2,5 litres de liquide chaque jour, relève M. Gattuso. On fait notre part pour les remplacer ! »

Un siècle d’existence, un an de festivités

L’allocution prononcée par Jean Gattuso lundi marquait le lancement des festivités du centenaire de Lassonde. 

Plusieurs événements s’échelonneront tout au cours de l’année, a-t-on fait savoir, sans dévoiler de programmation officielle. On sait toutefois que toutes les usines de la multinationale rougemontoise seront de la fête. Des journées portes ouvertes, une tournée des installations et des soirées reconnaissance pour les employés auront lieu pour souligner la contribution de tout un chacun à la croissance de l’organisation.