Carol Duplain et Hervé Gagnon, propriétaires de la microbrasserie Vrooden, se lancent dans le marché de la bière sans alcool avec leurs trois nouveaux produits.

La Microbrasserie Vrooden à la conquête du marché sans alcool

Les bières québécoises artisanales sans alcool tardent à poindre sur le marché. Le temps où les bières à 0,5 % d’alcool s’adressaient surtout aux femmes enceintes ou aux ex-alcooliques est toutefois révolu. Les amateurs de bières artisanales sont curieux et la gamme sans alcool devient de plus en plus recherchée. La microbrasserie Vrooden tente donc sa chance en se lançant dans ce marché avec ses trois nouvelles boissons désalcoolisées.

« Le marché des bières sans alcool est énorme, mais personne ne tente de le percer », affirme Carol Duplain, président et brasseur de l’établissement. Cela fait déjà deux ans que l’idée germe dans la tête de ce dernier.

Un investissement d’une dizaine de milliers de dollars a d’ailleurs été nécessaire pour développer ces nouveaux produits, soit une ale rousse, une ale blonde et une IPA.

En ce qui concerne la rousse, l’entreprise granbyenne est la seule à en produire au Québec. Celle-ci est un mélange entre leur Atbier et leur Dunkel, dont un goût de caramel et de noisette se dégage respectivement. Il s’agit de la plus appréciée parmi ces nouveaux produits.

Pour ce qui est de la IPA, seulement la microbrasserie Le BockAle de Drummondville peut faire compétition à leur produit. Il est à noter que l’amertume constitue un élément bien présent dans ce brassin.

Pour l’instant, ce sont les compagnies allemandes qui détiennent la palme dans cette catégorie.

« Ce qu’on voulait faire, c’est d’offrir la même qualité allemande, le même savoir-faire qu’eux autres, mais, ici, au Québec », explique M. Duplain.

Se distinguer

Ces nouveaux produits sont en vente depuis le 1er juillet. La PME ajoute ainsi une expertise supplémentaire à son arc. Dans un marché aussi volatil, il est important pour les brasseurs de s’en trouver afin de se démarquer.

La microbrasserie est d’ailleurs connue pour mettre une variété de produits à la disposition de sa clientèle. C’est dans cette optique que cette nouvelle offre a vu le jour. « Chez Vrooden, on essaye toujours de faire des produits que les autres ne font pas », mentionne M. Duplain.

La réponse est très bonne selon les dires du président. Cependant, il est encore possible d’optimiser le procédé puisqu’il apprend à chaque brassin. C’est notamment le cas de la IPA, dont l’amertume est trop présente selon le brasseur.

« Je préfère aller à l’examen et avoir 80 % que de ne pas aller à l’examen et obtenir 0 % », image-t-il.

Le propriétaire demeure satisfait du résultat, mais reconnaît qu’il reste encore place à amélioration.

Pour l’instant, l’entreprise se concentre sur ces nouveaux produits désalcoolisés. Toutefois, il est possible de croire à une expansion de cette gamme. Plusieurs idées ont déjà été lancées, dont une bière noire de type lager qui pourrait voir le jour.

Marché local

L’entreprise a sorti une cinquantaine de bières depuis deux ans. Cela correspond à une augmentation de 50 % par année. Elle désire restructurer le tout et se concentrer davantage sur ses articles qui se vendent le mieux.

« On a stabilisé nos points de vente, on veut travailler plus fort avec nos détaillants qui fonctionnent très bien », indique le président de l’endroit.

Ils ont donc récemment mis l’accent sur cet aspect. Les propriétaires veulent aussi mieux se faire connaître sur le marché local. D’ailleurs, certaines personnes habitant à Granby ne sont même pas au courant de l’existence de cette microbrasserie, déplore le principal intéressé.

Pour ceux-ci, il est toujours possible de se rendre au salon de dégustation Vrooden afin d’apprécier tant les nouveaux arrivages que les anciens breuvages. Les trois nouvelles boissons sans alcool y sont aussi disponibles.

De plus, il est possible de déguster leurs bières fraichement sorties des cuves. Une autre bonne raison d’aller faire un tour sur place.