Karina Laflamme et Rebecca Pépin ont déménagé le bureau principal de Headster Kids à Granby. Il s’agit d’un retour aux sources pour l’entreprise qui vend des casquettes et des chapeaux pour enfants.

Headster Kids: un retour aux sources pour se développer

Après une incursion de quelques années à Montréal, la Granbyenne Karina Laflamme revient aux sources avec son entreprise florissante Headster Kids. Maintenant que son entreprise de casquettes et chapeaux pour enfant est bien lancée, elle a tenu à ramener son bureau à Granby.

La jeune femme de 28 ans a attiré l’attention, en mai 2017, lors de son passage à l’émission Dans l’œil du dragon. Elle a reçu une offre de Martin-Luc Archambault et Serge Beauchemin pour pousser Headster Kids (contraction des mots anglais headwear et hispter) plus loin.

Puis, elle s’est séparée et a déménagé son bureau et ses pénates à Montréal. « Je suis partie dans la grande ville pour faire grandir mon entreprise, faire les contacts qu’il fallait, explique-t-elle. Puis là, justement, le sentiment d’appartenance à ma région résonnait fort. On a décidé de réinstaller les bureaux dans la région. »

De plus, elle voulait davantage de temps de qualité avec son fils en passant moins d’heures sur la route.

Deux bureaux, un divan, un réfrigérateur orange et vintage ainsi qu’un comptoir à café composent le gros du mobilier dans le local loué par Headster Kids dans l’Usine 231. Mme Laflamme et Rebecca Pépin, directrice de la production et logistique, y travaillent. Elles pourraient avoir trois nouveaux collègues en 2020 avec les projets d’expansion de l’entreprise.

Le travail de collaboration avec les pigistes — des graphistes et designers notamment — basés à Montréal se poursuit.

« On a un écosystème d’entreprise un peu moins commun parce que je privilégie beaucoup les relations avec les pigistes, explique celle qui fait aussi la promotion du télétravail. Ça me permet peut-être une flexibilité un peu plus grande et une créativité un peu plus poussée pour mon entreprise. On est une très grosse équipe quand on compte tous les acteurs de notre entreprise. »

Nouvelles possibilités

Le déménagement à Granby, en novembre, permet à la jeune entreprise de créer de nouveaux liens d’affaires, maintenant que les contacts sont faits dans la métropole.

« Jusqu’à présent, on a rencontré de nouvelles entreprises super intéressantes, note Karina Laflamme. On fait un partenariat avec Dinette, une compagnie de Bromont. Ils s’occupent de tout ce qui est direction artistique et photos de notre projet logbook, qui est notre outil de vente. »

En plus de vouloir fidéliser la clientèle canadienne, la femme d’affaires prépare une offensive pour percer le marché américain en 2020. Son catalogue de produits lui permettra de séduire les boutiques chez nos voisins du Sud.

« Ce sera beaucoup d’investissements. Ici on est deux, parfois trois. On veut agrandir notre équipe. On a déjà entamé des procédures pour aller chercher de bons partenaires aux États-Unis. On va avoir beaucoup d’allers-retours à faire à Burlington, au Vermont, alors on se rapproche en s’installant à Granby. On est rendu à plus de 350 points de vente au Canada. On a atteint facilement 90 % de notre marché au Canada. On veut surtout aller aux États-Unis parce qu’on a plafonné dans notre expansion canadienne. »

Heaster Kids sera par ailleurs représentée à une imposante exposition sportive à Denver, en janvier, afin de créer quelques nouveaux contacts et conquérir le cœur des Américains.