Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Selon une enquête de ManpowerGroup 20 % des employeurs de la région comptent accroître leurs effectifs au cours du prochain trimestre.  
Selon une enquête de ManpowerGroup 20 % des employeurs de la région comptent accroître leurs effectifs au cours du prochain trimestre.  

Emplois : plusieurs embauches et très peu de mises à pied prévues

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Plusieurs employeurs de la région pensent procéder à des embauches. Rares sont ceux qui  prévoient faire des mises à pied.

Selon les derniers résultats de l’Enquête de ManpowerGroup sur les perspectives d’emploi, le climat d’embauche est très favorable pour le troisième trimestre de 2021 en Estrie.

Les données du sondage montrent que 20 % des employeurs de la région comptent accroître leurs effectifs au cours du prochain trimestre et que 80 % pensent les maintenir au même niveau.

« Aucun employeur interrogé ne prévoit de réduction », constate Anne-Marie Lanthier, du bureau de Manpower à Montréal.

« Une fois les données corrigées des variations saisonnières, la prévision nette d’emploi pour les Cantons-de-l’Est s’établit à + 12 %. Malgré le fait qu’il s’agit d’un recul de 12 points de pourcentage par rapport au sondage du trimestre précédent, le rythme d’embauche s’annonce positif pour les prochains mois », précise Mme Lanthier.

La vaccination à grande échelle et le ralentissement de la pandémie semblent contribuer au nombre croissant d’employeurs prévoyant un retour au modèle de travail sur place au troisième trimestre de 2021, continue Darlene Minatel, directrice nationale de ManpowerGroup Canada. 

« On compte recruter dans chacun des dix secteurs d’activité au cours du prochain trimestre et les projets d’embauche se maintiennent dans les quatre régions canadiennes. De bonnes perspectives continuent donc d’être offertes aux personnes qui sont en recherche d’emploi. »

« Le troisième trimestre 2020 s’était montré le trimestre le moins favorable depuis le début du sondage en 1978 et la prévision d’emploi a considérablement grimpé en l’espace d’un an. La prévision nationale de +8 % annoncée pour le troisième trimestre de 2021 ramène en fait les perspectives d’emploi au même pied qu’avant le début de la pandémie. »

Les employeurs interrogés par ManpowerGroup dans l’ensemble des dix secteurs d’activité canadiens et dans chacune des quatre régions comptent accroître leurs effectifs au prochain trimestre.

Les meilleures prévisions sectorielles sont transmises dans l’administration publique (+18 %), dans la fabrication de biens durables (+15 %) et la fabrication de biens non durables (+13 %), dans le domaine du transport et des services publics (+12 %), dans le secteur regroupant les finances l’assurance et l’immobilier (+10 %) et dans l’industrie minière (+10 %). Le domaine de la construction annonce, avec un résultat de +3 %, le taux sectoriel canadien le plus sobre.

Les employeurs au Québec continuent de communiquer les projets d’embauche les plus actifs à l’échelle régionale avec une prévision d’emploi de +19 % : une hausse de cinq points de pourcentage par rapport au trimestre précédent et un bond de 23 points par rapport au sondage de l’an dernier.

Changer d’emploi

Pendant ce temps, on apprend que 35 % des Québécois ont envisagé de changer d’emploi en raison de la pandémie. En effet, selon un sondage de la firme Axtra, réalisé auprès de 1000 personnes en mai 2021, il est indéniable que la pandémie de COVID-19 a eu des répercussions importantes sur le cheminement de carrière des Québécois. 

Le quart de la population dit avoir été forcé par la pandémie à prendre des décisions dommageables pour sa carrière, cette proportion grimpant à 51 % des jeunes de 18-24 ans.