Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À seulement 21 ans, Keely Lemay a fondé sa clinique d’acupuncture et travaille désormais à son compte pour son plus grand bonheur.
À seulement 21 ans, Keely Lemay a fondé sa clinique d’acupuncture et travaille désormais à son compte pour son plus grand bonheur.

Elle ouvre sa clinique d’acupuncture à 21 ans

Étienne Bouthillier
Étienne Bouthillier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Une jeune entrepreneuse de Saint-Césaire s’est donné les moyens de vivre de sa passion. À seulement 21 ans, Keely Lemay a fondé sa clinique d’acupuncture avec ses propres économies et travaille désormais à son compte pour son plus grand bonheur.

«En finissant l’école, je me suis demandé si j’allais travailler dans une clinique multidisciplinaire. À plus long terme, l’objectif était d’ouvrir la mienne. Donc, j’ai décidé de laisser tomber une étape et de réaliser mon rêve tout de suite», explique la jeune Césairoise.

Depuis le 6 juillet dernier, Keely dirige sa clinique, qui a pignon sur la rue Saint-Paul. Elle a commencé à aménager ses lieux, qui étaient auparavant des bureaux d’une entreprise de construction, avec son copain et sa famille en avril dernier.

«J’ai fait une étude de marché dans le cadre de mes études. Même si Saint-Césaire n’est pas si grand, je suis la seule clinique spécialisée en acupuncture dans les municipalités autour. Je veux rendre ce service accessible à tous», avance l’entrepreneuse.

«Faire la différence»

La nouvelle praticienne a des étoiles dans les yeux quand elle parle de sa discipline. «L’acupuncture est vieille de 3000 ans. J’en apprends tous les jours. C’est vraiment une belle pratique», affirme-t-elle.

«Je vais suivre une formation pour faire des suivis sur les grossesses et les enjeux de fertilité. Je veux faire une différence dans la vie des gens», indique l’entrepreneuse.

Carte de départ

Keely Lemay est un visage connu du quotidien de certains Césairois. Ayant vécu aux quatre coins du Québec dans son enfance, elle a déménagé à Saint-Césaire avec ses parents à l’âge de 16 ans.

Elle a travaillé quelques années au IGA de Saint-Césaire, où elle a reçu un soutien des clients de l’endroit et de ses anciens collègues. «Quand je suis partie, j’ai reçu une carte de départ où tout le monde avait amassé quelques sous pour m’aider à démarrer ma clinique. Ça m’a vraiment touchée», avoue-t-elle.

La jeune acupunctrice compte miser sur son expérience avec les gens de la municipalité pour attirer une clientèle potentielle. Elle croit que le «bouche-à-oreille peut être efficace, surtout avec un visage connu».

Se laisser le temps

Pour l’instant, les plans de Keely Lemay ne sont pas tout à fait définis. Elle vient tout juste de terminer le programme en acupuncture au Cégep de Rosemont et s’installe tranquillement dans son nouveau rythme de vie.

Son copain depuis déjà plusieurs années, Ioan, vient de Rougemont et travaille également dans la région. «J’aimerais vraiment rester à Saint-Césaire. Présentement, je prends le temps de m’adapter à ma nouvelle réalité», confirme-t-elle.

Concernant sa clinique, Keely n’a pas d'idées de grandeur, mais elle aimerait bien, dans un avenir lointain, ouvrir une deuxième succursale ailleurs. «Je pratique mon métier de rêve. On va voir ce qui va arriver, mais aujourd’hui je profite du moment», conclut-elle.