Carl Chaussé a déménagé à Granby son entreprise qui emploie 55 personnes. Fusion Solution est spécialisée dans l’emballage secondaire de produits cosmétiques et de santé naturelle.

Deux nouvelles PME dans le parc industriel de Granby

Deux entreprises ont choisi le parc industriel de Granby pour poursuivre leur croissance. L’une des deux, Fusion Solution de Saint-Alphonse-de-Granby, a aussi amené avec elle ses 55 employés.

Le fabricant de gels énergétiques à base de sirop d’érable Brix déménagera aussi ses pénates de Saint-Paul-d’Abbotsford à Granby. Brix et Fusion Solution logeront en fait sous le même toit, au 700 de la rue Bernard, mais dans des locaux séparés.

« On s’échange des services. On s’aide les deux. Je l’ai accueilli [Brix] à l’intérieur de mon usine, mais il a son propre local, avec sa ligne d’emballage de produits », a expliqué Carl Chaussé, propriétaire de Fusion Solution.

Cette dernière entreprise a vu le jour il y a six ans à Saint-Alphonse-de-Granby dans des installations de 12 000 pieds carrés. Mais les possibilités d’expansion étaient limitées. Comme la PME, en forte croissance, avait besoin de plus d’espace, M. Chaussé a jeté son dévolu sur un local de 32 000 pieds carrés à Granby, dans lequel il a déménagé son entreprise le mois dernier.

Fusion Solution est spécialisée dans l’emballage secondaire de produits cosmétiques et de santé naturelle. « J’ai travaillé durant 10 ans pour Les Emballages Knowlton (LEK). Je ne suis pas en compétition avec eux. Au contraire, je suis complémentaire. J’ai vu qu’il y avait un besoin dans cette industrie-là. [...] Je fais de l’emballage secondaire, alors que LEK est un emballeur primaire. Répondre à des besoins spéciaux, comme faire des twin packs pour un client, des promotions, ou des kits, ce n’était pas leur force, tandis que, moi, je me concentre là-dessus », relève Carl Chaussé, en précisant que LEK représente près de 70 % de son chiffre d’affaires.

Croissance
L’entrepreneur affirme avoir choisi Granby afin de poursuivre sa croissance. L’accessibilité aux services municipaux et la proximité offerte à ses employés, dont la majorité réside là, ont notamment pesé dans la balance.

« Je suis passé de 35, 40 emplois à 55 dernièrement. Je négocie actuellement un nouveau contrat. Si je l’obtiens, je vais devoir engager 30 autres employés. Je pourrais passer d’ici la fin 2018 à 80 emplois », souligne Carl Chaussé.

Selon lui, des investissements pourraient aussi être à prévoir si ce contrat est au rendez-vous. « À court terme, je dois quand même investir 75 000 $ pour de nouvelles lignes d’emballage », dit-il. Selon lui, le déménagement a entraîné des coûts de 100 000 $.

Exportation
La croissance est aussi au menu de la micro-entreprise Brix, spécialisée dans la fabrication de gels énergétiques à base de sirop d’érable destinés aux sportifs. « On vise l’exportation, donc on va produire beaucoup plus. On pense aussi acheter de la machinerie supplémentaire. Ça prenait plus d’espace », fait valoir le fondateur et copropriétaire, Mario Plouffe.

Selon lui, les gels de Brix sont actuellement distribués à travers le Canada. Mais des discussions sont en cours depuis plusieurs mois avec certains pays et certains distributeurs. « C’est une question de temps avant que ça débloque. On a vraiment de bonnes raisons de croire que ça va lever », dit M. Plouffe.

Depuis le début, les gels énergétiques sont produits à l’Érablière au Boisé du Lac, propriété de Mario Plouffe et située dans le mont Yamaska, à Saint-Paul-d’Abbotsford. Mais comme la production est appelée à croître, la logistique devient plus complexe.

Une salle blanche respectant la méthode HACCP sera aménagée rue Bernard. Des coûts minimums de 75 000 $ sont occasionnés dans le cadre de ce déménagement.

Actuellement, Brix compte deux employés, mais ce nombre pourrait grimper au cours des 18 prochains mois, affirme M. Plouffe.

Brix et Fusion Solution ont chacune reçu 10 000 $ du Fonds discrétionnaire de la Ville de Granby pour leur implantation.

Ces aides financières, récemment entérinées par le conseil municipal, font toutefois l’objet d’une entente de principe qui prévoit que les promoteurs remettront la totalité des sommes reçues s’ils devaient déménager à l’extérieur de Granby d’ici cinq ans.