Le Old Mill 1849, situé sur la route des vins, à Stanbridge East, est à vendre.
Le Old Mill 1849, situé sur la route des vins, à Stanbridge East, est à vendre.

Denis Paradis met en vente le Old Mill 1849 à Stanbridge East

L’auberge-bistro Old Mill 1849, située sur la route des vins à Stanbridge East, est à vendre. L’ancien député fédéral de Brome-Misssiquoi, Denis Paradis, ainsi que sa fille Marie-Florence Crevier-Paradis et leur partenaire Christophe Limoges ont affiché le somptueux monument historique sur un site de vente immobilière, près de cinq ans après avoir acheté l’ancien hôtel bar-salon.

Le bâtiment, connu à l’origine sous le nom de Cecil House, a été construit en 1849. Au rez-de-chaussée s’est toujours trouvé le fameux bar connu depuis toujours sous le nom de Old Mill.

Marie-Florence Crevier-Paradis et Christophe Limoges se sont fait un devoir de rénover de fond en comble les lieux, tout en gardant le cachet historique. Un virage a été opéré pour n’y servir que des produits locaux. Cinq chambres étaient également offertes en location.

Grands travaux

Le Old Mill 1849 a été ouvert sous la nouvelle administration au bout de deux ans de réflexion et de travaux. Le toit a été refait tout comme l’intérieur des murs, le chauffage et l’électricité, se souvient M. Paradis au bout du fil. « On a voulu garder l’aspect historique. C’est un immeuble qui a été construit avant la Confédération ! »

M. Paradis avait l’habitude de s’arrêter à l’hôtel salon-bar avant d’acheter les lieux. Il y prenait un verre régulièrement avec le défunt maire du village, Albert Santerre. Puis, un beau soir, l’ancienne propriétaire lui a lancé qu’il fallait qu’elle le lui vende.

« On a eu deux bonnes années d’opérations. On a été ouverts un peu plus de deux ans. J’étais bien satisfait du chiffre d’affaires. Mais je pensais qu’en lâchant la politique ça allait être plus relax, sauf que c’est le contraire. » Le manque de temps est donc au cœur de sa décision. Sa fille vient tout juste d’accueillir un nouveau membre dans sa famille. Avec ses trois enfants en bas âge, il n’est pas évident de diriger une telle entreprise, en plus du vignoble familial Domaine du Ridge.

La pandémie de COVID-19 a aussi facilité la réflexion. Le lieu était fermé en janvier et février et la COVID est venue changer les plans pour la réouverture printanière.

Quant à savoir si le bistro ouvrira en attendant un acheteur, rien n’est moins sûr. « Je suis en réflexion par rapport à ça, répond M. Paradis. Si je ne vends pas, je ne veux pas fermer le Old Mill tout le temps. »

Mme Crevier-Paradis confirme que rien n’est définitif. L’objectif premier est toutefois de vendre.