Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Couple dans la vie comme en affaires, Geneviève Tremblay et Olivier de Grosbois ont plongé dans l’aventure du kombucha artisanal en 2015, après avoir eu le coup de foudre pour cette boisson fermentée.
Couple dans la vie comme en affaires, Geneviève Tremblay et Olivier de Grosbois ont plongé dans l’aventure du kombucha artisanal en 2015, après avoir eu le coup de foudre pour cette boisson fermentée.

Démocratiser le kombucha

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Sencha Kombucha a le vent dans les voiles. Après s’être fait découvrir sur les tablettes de plusieurs détaillants en alimentation, le kombucha concocté à Cowansville est prêt à être dégusté là même où il prend vie.

Couple dans la vie comme en affaires, Geneviève Tremblay et Olivier de Grosbois ont plongé dans l’aventure du kombucha artisanal en 2015, après avoir découvert cette boisson fermentée.

« C’est un collègue d’Olivier, qui en faisait à la maison, qui en avait apporté au restaurant [ndlr : M. de Grosbois a été pendant vingt ans chef et propriétaire de La fine gueule], relate Mme Tremblay. J’ai beaucoup aimé, non seulement le goût, mais aussi les propriétés du produit. »

La perspective d’avoir un projet entrepreneurial commun a animé le couple, mais c’est surtout le fait d’explorer l’univers du kombucha qui les a poussés à persévérer, eux qui ont démarré leur compagnie au deuxième étage du restaurant avant de déménager leurs pénates dans leurs locaux actuels de la rue Brosseau, il y a quatre ans. « Ce qui nous anime beaucoup, c’est la recherche. Il n’y a pas de recette ou de guide unique pour faire le kombucha. On découvre le produit, on fait des tests ; on a procédé par essais et erreurs pendant les trois premières années avant de trouver des mélanges qui nous plaisent » , explique Mme Tremblay.

En tout temps, les amateurs de cette boisson fermentée pourront retrouver, directement sur le lieu de production, la gamme régulière de Sencha, qui compte huit saveurs, mais aussi certaines exclusivités et nouveautés qu’on ne retrouve pas en épicerie ou chez les microbrasseurs partenaires qui voient dans l’offrande cowansvilloise une alternative pour leurs clients qui souhaitent une boisson sans alcool.

Du même souffle, le fait que le goût du produit varie toujours un peu d’une recette à l’autre fait le charme de la boisson, fruit d’un processus qui peut prendre de 6 à douze mois de travail en incluant la fermentation. « Il y a toujours des variantes de recette en recette, parfois en raison de l’origine des ingrédients. Par exemple, il arrive qu’on utilise du gingembre du Mexique au lieu de gingembre du Pérou, et ça se reflète dans le produit final » , poursuit l’entrepreneuse.

Et plutôt que de se battre contre la nature, qui est à l’origine de leur modèle d’affaires, le couple a choisi d’accepter et même de célébrer cette particularité du kombucha. « On trouvait ça stressant de toujours vouloir en arriver exactement au même résultat, et on a fini par comprendre que le kombucha est un produit vivant, comme un vin nature ou un cidre, et d’accepter qu’il évolue le rend encore plus authentique », ajoute Mme Tremblay.

Exclusivités en boutique

Officiellement ouverte pendant la pandémie, la boutique de Sencha Kombucha n’a pas une grande superficie, mais elle a tout de même beaucoup à offrir, elle qui figure sur la Route des vins de Brome-Missisquoi.

En tout temps, les amateurs de cette boisson fermentée pourront y retrouver la gamme régulière de Sencha, qui compte huit saveurs, mais aussi certaines exclusivités et nouveautés qu’on ne retrouve pas en épicerie ou chez les microbrasseurs partenaires qui voient dans l’offrande cowansvilloise une alternative pour leurs clients souhaitant une boisson sans alcool.

Les cyclistes qui s’arrêtent ou ceux qui souhaitent consommer sur place peuvent s’installer à la terrasse aménagée avec des palettes de bois à l’ombre de parasols.

On pense entre autres au kombucha culinaire, qui peut entre autres servir de base pour la préparation de vinaigrettes, mais aussi au kombucha au thé du Labrador et miel, fruit d’une recette alliant des ingrédients 100 % québécois et qui relève la barre en matière de kombucha. S’ajoutent aux exclusivités dites éphémères un jus de pamplemousse et deux saveurs de kombuchas, soient cassis-lavande et houblon.

Les cyclistes qui s’arrêtent ou ceux qui souhaitent consommer sur place peuvent s’installer à la terrasse aménagée avec des palettes de bois.

Partager la soif d’apprendre

L’une des particularités de Sencha Kombucha est que tout le processus, y compris l’élevage de la « mère » — la culture qui donne vie au produit — est réalisé à Cowansville. « Contrairement à d’autres fabricants de kombucha, qui achètent un concentré qu’ils diluent et aromatisent par la suite, ici, tout est fait sur place » , souligne Mme Tremblay, qui se fait une fierté de partager ses connaissances, mais aussi sa matière première.

Des mères sont d’ailleurs en vente, en pot, à la boutique de la rue Brosseau. « Les gens ne savent pas nécessairement comment le kombucha est fait. On fournit la recette avec la mère pour que les gens puissent faire le leur à la maison » , indique la femme d’affaires.

Mieux faire connaître la boisson fait aussi partie des objectifs du couple d’entrepreneurs. « Il y a encore des gens qui ne connaissent pas le kombucha, relève M. de Grandbois. Or, ce n’est pas juste un breuvage qu’on consomme pour se rafraîchir ; il a des propriétés et des façons de le faire pour en profiter au maximum. Plus les gens vont s’y intéresser, plus ce sera connu. »