Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après 30 ans à oeuvrer au sein de l’entreprise familiale Sani-Éco où elle occupait la direction des opérations, Julie Gagné relèvera de nouveaux défis au sein de la PME technologique MoovinV, dont elle est copropriétaire avec son conjoint, Jacques Ouellet.
Après 30 ans à oeuvrer au sein de l’entreprise familiale Sani-Éco où elle occupait la direction des opérations, Julie Gagné relèvera de nouveaux défis au sein de la PME technologique MoovinV, dont elle est copropriétaire avec son conjoint, Jacques Ouellet.

De nouveaux défis pour Julie Gagné, de Sani-Éco

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’année 2021 sera sous le signe de la transition pour Julie Gagné. Maillon important du centre de tri Sani-Éco depuis sa fondation en 1990, elle a quitté ses fonctions pour relever de nouveaux défis au sein de l’entreprise en démarrage MoovinV, dont elle est copropriétaire avec son conjoint, Jacques Ouellet.

« C’est la soif de découvrir autre chose qui m’a amené là », fait valoir Mme Gagné, qui agissait à titre de directrice des opérations chez Sani-Éco, une entreprise familiale fondée par ses parents. Julie Gagné y œuvrait notamment aux côtés de ses frères.

Mme Gagné avait 16 ans lorsque la PME a vu le jour dans le hangar agricole de la ferme familiale à Sainte-Cécile-de-Milton, raconte-t-elle. Elle y a toujours travaillé et a vu l’entreprise croître. Si Sani-Éco comptait 10 employés au départ, ce nombre a depuis grimpé à quelque 220. Et des robots avec intelligence artificielle procèdent désormais au tri de certaines matières.

Mme Gagné a d’ailleurs été à la barre de deux projets de croissance importants, dont le plus récent en 2018 a permis l’investissement de 5,5 millions $ pour moderniser le centre de tri, situé rue Édouard à Granby.

« Après avoir refait la réorganisation du centre de tri et l’avoir amené un peu plus loin, je ne voyais pas ce que je pouvais faire de plus. (...) J’avais envie d’autres choses, de voir un autre domaine », dit l’entrepreneure de 47 ans. Sa nièce, Andrée-Anne Gagné, lui a succédé à la direction des opérations chez Sani-Éco.

Zone de confort

Chez MoovinV (prononcer « Mouvinevi »), Julie Gagné a ainsi un nouveau défi à sa mesure, qui lui permet de sortir de sa zone de confort.

MoovinV, dont les bureaux sont situés à Granby, œuvre dans un secteur très niché. Axée sur le principe de l’économie collaborative, la PME technologique a développé une plateforme qui permet aux grands donneurs d’ordre des secteurs de l’aéronautique, médical et pétrolier de vendre leurs surplus d’inventaires aux plus petites entreprises à la recherche de différents matériaux et autres produits de quincailleries.

Bref, elle joue les intermédiaires entre les entreprises qui ont des surplus de matières premières certifiées dans leurs entrepôts et celles qui ont des besoins à combler. Une autre façon de recycler les matières.

« J’ai réalisé que les aptitudes que j’ai acquises chez Sani-Éco, je peux les mettre à profit dans un autre domaine », dit celle qui agit à nouveau à titre de directrice des opérations.

La COVID a porté un coup à l’entreprise. Toutefois, lentement, mais sûrement, MoovinV se positionne à l’échelle internationale, affirme Julie Gagné. « Notre footprint commence à être important. On est déjà représenté dans 21 pays. On a reçu des demandes de la Corée du Sud, on vend en Thaïlande », ajoute-t-elle.

MoovinV a été cofondée en 2018 par Jacques Ouellet. Julie Gagné a décidé d’investir dans l’entreprise aux côtés de son conjoint, à la suite du départ d’un actionnaire en 2019, dit-elle.

L’idée de délaisser ses fonctions à Sani-Éco a par la suite fait son chemin dans son esprit. Et elle a décidé de faire le saut. Son départ est officiel depuis le 1er janvier dernier.

Julie Gagné précise que cela ne l’empêchera pas de continuer à s’investir auprès d’organismes, dont la Fondation du Centre hospitalier de Granby. « J’y tiens. Même si je ne fais plus partie de Sani-Éco, j’amène MoovinV au Centre hospitalier », lance-t-elle.