Mathieu Arsenault et Sébastien Daudelin, copropriétaires de Rotoplast, à East Farnham, augmentent le salaire minimal de leurs employés à 15 $ de l’heure et leur offrent un nouveau programme de réussite scolaire.

De meilleurs salaires et un soutien à la scolarité chez Rotoplast

L’entreprise de moulage de pièces de plastique Rotoplast agit afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre. Le salaire minimum à l’embauche grimpe à 15 $ de l’heure et l’entreprise encouragera concrètement ses employés qui désirent terminer leurs études secondaires.

« L’une des valeurs de l’entreprise est de valoriser le succès, explique Mathieu Arsenault, copropriétaire et vice-président au développement des affaires chez Rotoplast. On veut que nos clients aient du succès. Si on veut ça pour nos clients, c’est naturel de le vouloir pour nos employés. »

Par le passé, les propriétaires de l’entreprise de East Farnham ont perdu des employés qui désiraient achever leurs études. M. Arsenault précise qu’il les a toujours encouragés dans leurs démarches puisque celles-ci permettaient d’améliorer leur qualité de vie.

De 10 à 15 % des 40 employés n’ont pas terminé leur cinquième secondaire.

Programme de réussite scolaire

Rotoplast devient la première PME au Québec à offrir un programme de réussite scolaire en milieu de travail avec ChallengeU. De cette façon, elle permettra à ses employés d’étudier tout en restant au sein de l’entreprise. La plateforme est gratuite, mais l’employeur donnera un support financier à ses employés qui investiront du temps pour terminer et réussir leur secondaire, fait savoir M. Arsenault.

« La plateforme donne beaucoup de flexibilité. Vous pouvez faire vos travaux scolaires où vous voulez, quand vous voulez, sur n’importe quel support. On va mettre à la disposition des employés un portable pour ceux qui n’ont pas l’équipement pour le faire. Ils feront leurs cours dans leur temps libre. Nous, pour les encourager, on va rémunérer le temps que les gens vont mettre pour terminer et réussir chacun de leur cours. »

Il reste encore des détails à régler, mais une présentation sera faite par ChallengeU la semaine prochaine aux employés. Les conditions d’accessibilité au programme doivent aussi être définies.

« La raison première est de vouloir niveler [leur qualité de vie] vers le haut, mais le but est aussi d’être précurseur et de se démarquer comme employeur. »

Les futurs employés pourront également profiter de cette formation en ligne, ce qui pourrait être un incitatif intéressant pour travailler dans l’entreprise. Quelques postes sont d’ailleurs à combler chez Rotoplast.

Rotoplast se positionne ainsi favorablement dans un contexte où la pénurie de main-d’œuvre est importante dans la région de Brome-Missisquoi. La direction s’assurera qu’il y a une équité dans l’équipe. Les employés actuels verront leur taux horaire être ajusté.

« En créant un partenariat avec ChallengeU, Mathieu et son équipe valorisent leurs employés en leur permettant d’acquérir de nouvelles compétences directement au travail, rendant leur vie beaucoup plus facile, a commenté par voie de communiqué Sylvie Beauregard, présidente du Centre local de développement de Brome-Missisquoi. En favorisant la réussite éducative, Rotoplast est un bon exemple d’employeur de choix dans la région ! »