Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a réitéré lundi que l’économie canadienne était suffisamment forte pour résister aux impacts économiques du nouveau coronavirus. Lors d’un point de presse à Ottawa, il a aussi indiqué que le gouvernement avait suffisamment de marge de manœuvre dans ses finances pour aider les particuliers et les entreprises à faire face à la COVID-19.
Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a réitéré lundi que l’économie canadienne était suffisamment forte pour résister aux impacts économiques du nouveau coronavirus. Lors d’un point de presse à Ottawa, il a aussi indiqué que le gouvernement avait suffisamment de marge de manœuvre dans ses finances pour aider les particuliers et les entreprises à faire face à la COVID-19.

COVID-19: le patronat et les syndicats demandent l’aide d’Ottawa

OTTAWA — Des organisations patronales et syndicales demandent au gouvernement fédéral de faciliter l’accès aux prestations de congé de maladie ainsi qu’aux crédits d’impôt et autres mesures fiscales, afin d’aider les travailleurs et les entreprises à faire face aux impacts économiques du coronavirus.

Ces mesures viseraient notamment à aider les employés qui estiment qu’ils ne pourraient pas se permettre de s’absenter du travail s’ils sont malades. Les organisations patronales demandent aussi de l’aide pour les petites entreprises qui pourraient ne pas disposer des liquidités suffisantes pour faire face aux impacts de la COVID-19.

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a réitéré lundi que l’économie canadienne était suffisamment forte pour résister aux impacts économiques du nouveau coronavirus. Lors d’un point de presse à Ottawa, il a aussi indiqué que le gouvernement avait suffisamment de marge de manœuvre dans ses finances pour aider les particuliers et les entreprises à faire face à la COVID-19. Il n’a toutefois pas précisé les détails des mesures envisagées — ni la date de publication du budget fédéral.

Il n’a pas non plus révélé s’il s’attendait à un déficit plus important que prévu, étant donné la forte baisse des prix du pétrole et le coup dur que les marchés subissent en ce moment.

Dan Kelly, président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, qui représente plus de 100 000 petites et moyennes entreprises au pays, a soutenu de son côté que l’abolition de la période d’attente pour recevoir des prestations d’assurance-emploi aiderait les travailleurs qui se retrouvent soudainement en quarantaine — ou les encouragerait à s’isoler volontairement pour contenir la propagation de la maladie.

De même, la réduction du nombre d’heures nécessaires pour être admissible aux prestations d’assurance-emploi aiderait les travailleurs à faible revenu, qui ne peuvent se permettre de s’absenter pour cause de maladie, a déclaré Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada. L’importante fédération syndicale a aussi demandé à Ottawa d’envisager de demander aux banques et aux sociétés de cartes de crédit d’assouplir les calendriers de paiement pour ceux dont les revenus sont affectés par la COVID-19.

Trevin Stratton, économiste en chef à la Chambre de commerce du Canada, a estimé de son côté que tout crédit d’impôt et tout report du dépôt des déclarations de revenus pour les entreprises concernées pourraient les aider à traverser la tempête économique en leur offrant une aide à court terme sur les flux de trésorerie. Des pays comme l’Italie ont déjà adopté de telles mesures, a-t-il déclaré.