Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les cofondateurs de Cogiscan, Vincent Dubois, François Monette et André Corriveau.
Les cofondateurs de Cogiscan, Vincent Dubois, François Monette et André Corriveau.

Cogiscan passe aux mains d’une multinationale

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Cogiscan, spécialisée dans la connectivité d’usines intelligentes, vient d’entrer dans le giron du géant allemand Dürr. Cette transaction permettra à l’entreprise bromontoise de poursuivre sa croissance à l’international.

Les pourparlers entre les associés de Cogiscan, François Monette, Vincent Dubois et André Corriveau et le groupe Dürr, ont commencé il y a près d’un an. Il n’était toutefois pas question pour le groupe bromontois de perdre son identité. Au contraire, celle-ci sera plus que jamais mise de l’avant, a affirmé en entrevue le chef de la direction - développement des affaires. La transaction est donc gagnante pour les deux parties. «L’échange de technologies avec le groupe Dürr nous permettra non seulement de faire croître notre volet commercial, a fait valoir M. Monette, mais aussi de pouvoir développer plus rapidement de nouveaux produits pour nos clients.»

Cogiscan a développé son offre dans une niche du secteur manufacturier électronique. «On est concentré dans la connectivité des machines. On va extraire les sources de données pour ensuite les centraliser et les rendre disponibles aux différentes applications», a résumé M. Monette.

Malgré l’acquisition, pas question de quitter Bromont. Les bureaux de Cogiscan sont établis aux abords du boulevard de l’Aéroport et y resteront, a affirmé le chef de la direction.

Notons que Dürr et sa filiale iTAC, évoluant dans le même créneau que Cogiscan, ont déjà des applications dans plus de 500 usines à travers le monde entier, a mentionné la multinationale par voie de communiqué.

Crédibilité et stabilité

Lorsqu’il regarde derrière son épaule, François Monette est plutôt fier du chemin parcouru par la PME qu’il a fondée en 1999 avec ses associés, tous des ex-employés d’IBM à Bromont. «On a lancé l’entreprise dans un sous-sol. Et la croissance a toujours été au rendez-vous. On est devenu une PME internationale. Ça représente 95% de notre clientèle», a mentionné le chef de la direction.

«Faire partie d’un plus gros groupe nous donnera encore plus de crédibilité pour aller chercher de nouveaux contrats corporatifs auprès de grosses sociétés. Il y a aussi l’aspect de l’incertitude dans le marché technologique. C’était évident que, tôt ou tard, une petite entreprise comme Cogiscan allait être acquise par un plus gros joueur. Maintenant que cette transaction est faite, cette question ne se posera plus. On est dans une famille stable pour longtemps.»

Malgré l’acquisition, pas question de quitter Bromont. Ses bureaux sont établis aux abords du boulevard de l’Aéroport et y resteront, a affirmé le chef de la direction. À ce jour, Cogiscan emploie 53 personnes. L’embauche d’effectifs est au programme pour les mois et années venir, a assuré M. Monette.

À ce chapitre, l’entreprise a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires d’environ 15% l’an dernier. Selon le chef de la direction, cette croissance devrait atteindre 25% en 2021, a-t-il indiqué. L’ajout de personnel devrait suivre la même tangente.