Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En tout, quelque 45 000 boîtes de conserve de maïs à grains entiers du Québec seront dotées d’une étiquette sur laquelle seront détaillés les postes offerts au sein de l’entreprise et les avantages sociaux qu’elle offre à ses employés. ­
En tout, quelque 45 000 boîtes de conserve de maïs à grains entiers du Québec seront dotées d’une étiquette sur laquelle seront détaillés les postes offerts au sein de l’entreprise et les avantages sociaux qu’elle offre à ses employés. ­

Bonduelle : recruter une boîte de conserve à la fois

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La pénurie de main-d’œuvre force les entreprises à faire preuve d’originalité pour recruter de nouveaux talents. Histoire de faire d’une pierre deux coups, la multinationale Bonduelle, qui possède des installations aussi bien à Saint-Césaire qu’à Bedford, cherchera de nouveaux employés auprès de ceux qu’elle nourrit et utilisera ses produits pour faire la promotion des postes à combler. Après tout, quelle meilleure carte d’affaires qu’une boîte de conserve?

En tout, quelque 45 000 boîtes de conserve de maïs à grains entiers du Québec — le légume le plus populaire selon un sondage réalisé auprès de banques alimentaires — seront dotées d’une étiquette sur laquelle seront détaillés les postes offerts au sein de l’entreprise et les avantages sociaux pour ses employés. On pourra aussi y trouver les coordonnées des personnes responsables du recrutement chez Bonduelle, question de faciliter l’envoi des candidatures.

Ces conserves sont distribuées depuis quelques jours dans les banques alimentaires de Moisson Granby, Moisson Maskoutaine, Moisson Rive-Sud et Moisson Sud-Ouest, à proximité des usines de Bonduelle, mais aussi des organismes avec qui l’entreprise a tissé des liens depuis de nombreuses années.

« Nos besoins sont criants. On avait déjà un grand besoin de main-d’œuvre en vue des prochaines récoltes, et ce, bien avant la pandémie. Ça s’est exacerbé avec la COVID et on a constaté que nos techniques de recrutement traditionnelles nous permettaient moins de rejoindre des candidats au cours des derniers mois », a fait savoir Christian Malenfant, vice-président marketing de l’entreprise.

Christian Malenfant est vice-président marketing chez Bonduelle.

Pour tenter de se démarquer, l’entreprise a décidé d’unir les forces de ses départements de marketing et de ressources humaines et s’est adjoint les services de la firme lg2 pour lancer sa campagne promotionnelle de recrutement « Bonduelle vous offre à manger et un emploi ».

« Grâce à cette initiative, Bonduelle aide non seulement les familles québécoises à se nourrir durant la crise sanitaire, mais aussi à se trouver un emploi pour améliorer leurs conditions de vie », a relevé M. Malenfant.

Bonduelle se spécialise dans le prêt-à-manger végétal.

« Les Banques alimentaires du Québec saluent cette initiative originale de Bonduelle, notre partenaire de longue date, visant à venir en aide à plus d’une centaine de familles québécoises. Avec cette crise sans précédent, le nombre de Québécois ayant recours aux banques alimentaires n’a fait qu’augmenter. Il convient de trouver des solutions durables pour répondre à ce problème de précarité alimentaire », a fait valoir Véronique Beaulieu-Fowler, directrice communications et philanthropie des Banques alimentaires du Québec, dans un communiqué diffusé cette semaine.

Des emplois pour tous les goûts

Environ une centaine d’emplois sont à pourvoir dans l’une des quatre usines de Bonduelle au Québec spécialisées dans le prêt-à-manger végétal. Du nombre, une trentaine sont situés à l’usine de Bedford et une quinzaine à l’installation de Saint-Césaire.

Environ une centaine d’emplois sont à pourvoir dans l’une des quatre usines de Bonduelle au Québec. Du nombre, une trentaine sont situés à l’usine de Saint-Césaire.

La majorité des emplois offerts sont dits de première ligne, a précisé Stéphane Deguire, spécialiste de l’acquisition de talent pour le Québec chez Bonduelle. « Il s’agit d’emplois de jardiniers, de caristes, d’opérateurs, entre autres, précise-t-il. Nous offrons aussi bien des emplois permanents que temporaires et saisonniers, à temps plein et à temps partiel, de jour, de soir et de nuit. »

En tout, Bonduelle exploite 17 usines au Canada et aux États-Unis.

Maintenant que les conserves ont été offertes aux banques alimentaires, la balle est dans le camp de celles-ci pour partager la bonne nouvelle. « On espère commencer à recevoir des candidatures au cours des prochaines semaines », souligne M. Malenfant.

La campagne de recrutement se poursuivra jusqu’en juin, ou jusqu’à la distribution complète des boîtes de conserve.