Alain Bellemare

Bombardier : pas d’argent de Québec sans le départ de Bellemare, dit le PQ

SHERBROOKE — Le gouvernement Legault doit exiger le départ du grand patron de Bombardier, Alain Bellemare, avant de réinvestir des fonds publics pour sauver l’entreprise.

C’est ce qu’a réclamé jeudi le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé, qui ne fait plus confiance en la direction du géant aéronautique et ferroviaire.

«Tant que ces personnes sont à la tête de Bombardier, ne financez pas», a-t-il dit en mêlée de presse en matinée à Sherbrooke, en marge de la réunion des élus péquistes qui prépare la rentrée parlementaire de la semaine prochaine.

M. Bérubé a affirmé que la direction actuelle de Bombardier a commis une «succession d’erreurs» au cours des dernières années, notamment en manquant de transparence et en s’accordant de généreux bonis — alors que l’État était venu à la rescousse du programme de la C Series à hauteur de 1,3 milliard $.

«On fait parfaitement écho à la population du Québec qui dit qu’elle n’a pas confiance en la direction de Bombardier. L’opinion publique est derrière nous totalement, j’en suis convaincu.»

Ce serait une «mauvaise idée» pour l’État québécois de financer de nouveau Bombardier sans obtenir un remaniement de l’équipe dirigeante, au dire de M. Bérubé.

Question de confiance

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a fait savoir que les discussions avec Bombardier et Airbus se poursuivaient et pourraient aboutir d’ici à environ une semaine.

Si l’État québécois doit encore ouvrir ses goussets pour Bombardier, on pourra en déduire que le gouvernement avalise les méthodes de la haute direction de l’entreprise et ses résultats, a laissé entendre M. Bérubé.

On pourra conclure que «l’administration Legault-Fitzgibbon a confiance en M. Bellemare et son équipe», a-t-il imagé.

Bombardier a plongé en bourse récemment à la suite d’un avertissement sur ses résultats de 2019. Avec une dette à long terme de plus de 9 milliards $US, Bombardier évalue toutes ses options dans le but d’accélérer la réduction de son endettement.

Cela fait en sorte que l’entreprise remet en doute sa participation dans la Société en commandite Airbus Canada, qui contrôle l’ex-C Series, puisque de nouveaux fonds sont nécessaires pour soutenir le programme.

L’appel de fonds place le gouvernement Legault dans une position délicate, puisqu’il doit décider s’il injecte davantage de fonds publics pour maintenir sa participation au seuil actuel d’environ 16 pour cent sans quoi celle-ci sera diluée.