Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Nature Energy construira une usine de biométhanisation dans le parc industriel de Farnham. L’entreprise est actuellement présente dans différents pays, notamment au Danemark.
Nature Energy construira une usine de biométhanisation dans le parc industriel de Farnham. L’entreprise est actuellement présente dans différents pays, notamment au Danemark.

Biométhanisation: un investissement de 100M$ à Farnham

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le parc industriel de Farnham accueillera une usine de biométhanisation en 2023. L’entreprise européenne Nature Energy investira jusqu’à 100 millions de dollars pour bâtir son usine qui traitera et valorisera 750 000 tonnes d’intrants annuellement.

«C’est une grande nouvelle, a souligné d’entrée de jeu Patrick Melchior, le maire de Farnham et préfet de la MRC Brome-Missisquoi, mardi matin lors d’une conférence de presse. On va favoriser encore plus le développement durable.»

L’entreprise européenne, qui est notamment installée au Danemark, a acquis un terrain de près de 700 000 pieds carrés sur le boulevard industriel. La transaction est estimée à 1,4 million de dollars. Une rue devra être construite pour accéder au site.

Ce projet est dans les cartons de la Ville depuis près de trois ans. Des représentants de la municipalité et de la MRC Brome-Missisquoi ont d’ailleurs fait un voyage au Danemark en février 2020 pour y visiter les installations de Nature Energy.

Nature Energy, un pionnier en méthanisation, construira des unités de type industriel. La première pelletée de terre est prévue au printemps ou à l’été 2022. Il faudra ensuite compter entre 14 à 16 mois pour le début de la mise en service, prévue en 2023. Le coût des travaux est estimé entre 90 et 100 millions de dollars.

La première pelletée de terre est prévue au printemps ou à l’été 2022. Il faudra ensuite compter entre 14 à 16 mois pour le début de la mise en service, prévue en 2023.

Milieu agricole

L’entreprise s’attend à travailler avec un bassin de 100 à 200 agriculteurs. Les fermes québécoises sont d’ailleurs de taille comparable à celles qu’on retrouve en Europe, explique Guillaume Loir, directeur exécutif France chez Nature Energy.

«Ça permettra aux agriculteurs d’accéder à la technologie sans mettre en péril leur structure», explique-t-il.

Les futures installations farnhamiennes seront en mesure de traiter quelque 750 000 tonnes d’intrants provenant du milieu agricole annuellement. «C’est avec une technologie la plus aboutie qui soit, ce qui nous permet d’assurer une qualité et une bio-sécurité des digestats», explique M. Loir.

Au final, le gaz produit sera acheminé à Énergir.

«Au Danemark, seulement 3% des matières sont enfouies. J’ai ce grand rêve-là pour Farnham, pour Brome-Missisquoi, pour la région, pour le Québec», mentionne Patrick Melchior, qui n’était pas peu fier d’annoncer la venue de cette entreprise dans la Ville qu’il dirige.

L’implantation de Nature Energy, qui souhaite d’ailleurs construire une dizaine d’usines au Québec, entraînera la création directe d’une quinzaine d’emplois et d’une centaine d’emplois indirects, estime M. Melchior.