Avec son nouveau centre de logistique et de distribution, la chaîne de supermarchés santé Avril est prête à accélérer sa croissance, disent les cofondateurs Sylvie Senay et Rolland Tanguay.

Au coeur de la croissance d’Avril

Avec la mise en opération de son nouveau centre de logistique et de distribution à Granby, la chaîne de supermarchés santé Avril est prête à accélérer sa croissance, affirment les fondateurs et propriétaires, Sylvie Senay et Rolland Tanguay.

Au cœur de la stratégie : les nouveaux quartiers de l’entreprise construits rue Bernard au coût de plus de 15 millions de dollars. S’y trouvent non seulement un entrepôt à la fine pointe de la technologie qui saura supporter un volume accru d’affaires, mais également une vaste cuisine centrale, avec plusieurs stations, où sera produite une importante gamme de mets — pâtisseries, salades, gelatos, etc. — servis dans les huit bistros de la chaîne.

Pour l’heure, l’endroit a encore des allures de chantier, mais les employés de la cuisine commenceront à s’y activer à compter de lundi, a souligné Sylvie Senay vendredi, lors d’une visite guidée des lieux. Chefs et architectes ont été mis à profit pour maximiser l’efficacité de la chaîne de production. « Ça va être une des belles [cuisines] au Québec », lance-t-elle.

À l’heure actuelle, chacun des bistros veille à la préparation de ce qui y est offert. « Par exemple, le produit plus demandé, ce sont les biscuits. On vend environ 10 000 biscuits, faits à la main, par semaine dans tous nos bistros. Imaginez, chaque bistro fait ses biscuits. Là, on va être mieux équipé pour approvisionner nos magasins. Et ça va leur donner un bon coup de main », relève Rolland Tanguay.

Et les biscuits ne sont qu’un exemple parmi d’autres. « Le succès des bistros Avril, ce n’est pas compliqué, c’est qu’on fait tout, autant les mayonnaises que les sauces », dit-il. « On s’approvisionne sur place, avec de bons produits. On fabrique et on contrôle tout », renchérit Sylvie Senay.

Selon elle, des embauches seront à prévoir à la cuisine au cours des prochains mois, alors que les opérations démarreront graduellement. Dans un an, c’est une véritable « brigade » qui y sera à l’œuvre, lance-t-elle.

Efficacité

La cuisine est située à l’étage du vaste immeuble de 120 000 pieds carrés. L’entrepôt et le centre de distribution, opérationnels depuis environ six mois, ont été aménagés au rez-de-chaussée avec le même souci d’efficacité, afin d’être en mesure de desservir les huit magasins de la chaîne. Le rayonnage s’étire en hauteur, alors que les plafonds atteignent 40 pieds. Les produits sont répartis dans différentes zones, qui incluent des espaces réfrigérés ainsi qu’un vaste congélateur. Des tables de travail permettent de vérifier la qualité et la quantité de l’inventaire.

Quelque 45 personnes y travaillent sur trois quarts de travail, souligne le directeur d’entrepôt, Adrian Santschi.

Celui-ci souligne que l’endroit est aussi pourvu de différentes salles fermées d’emballage pour les aliments en vrac de la marque maison. Cela permet ainsi d’éviter la contamination croisée des aliments avec ou sans gluten, ainsi que les arachides.

Avril louait auparavant des espaces d’entreposage rue Georges-Cros à Granby, mais l’endroit était occupé à pleine capacité. « On était tellement tassé qu’on ne pouvait plus rentrer aucun produit. On commence à augmenter les volumes », dit Rolland Tanguay.

Un atelier de réparation a même été aménagé dans le nouveau centre afin de réparer ou recycler les équipements et accessoires des magasins. Le département web y aura aussi ses quartiers, tout comme plusieurs employés administratifs œuvrent désormais à cette adresse.

Si la croissance continue d’être au rendez-vous, le terrain est suffisamment grand pour qu’Avril double ses installations. À court terme, un projet sera néanmoins annoncé au cours des prochains mois pour l’ajout d’une nouvelle infrastructure sur une portion de la propriété, mais Rolland Tanguay en tait les détails pour le moment.

L’histoire d’Avril a commencé à Granby il y a 24 ans avec un seul employé, rappelle Sylvie Senay. La chaîne emploie aujourd’hui quelque 920 personnes. Les fondateurs affirment qu’il est important pour eux que la croissance de l’entreprise passe par Granby. Le siège social est donc appelé à y rester, même si Avril rayonne de plus en plus au Québec.

UNE NOUVELLE SUCCURSALE EN 2020

Avril poursuivra sa croissance du côté de la Rive-Sud. Une succursale ouvrira ses portes en 2020 aux Promenades Saint-Bruno. La chaîne de supermarchés santé vise même ouvrir jusqu’à deux magasins par année par la suite. 

« On a mis toute la structure en place [avec le nouveau centre de logistique et de distribution] pour pouvoir supporter la croissance. On est prêt à ouvrir la machine. Mais à partir de 2020. Il faut d’abord prendre le temps de se familiariser et de s’organiser pour que tout fonctionne. Nos employés aussi doivent s’adapter à tous ces changements-là. On pense pouvoir ouvrir deux magasins par année, mais c’est ce qu’on verra dans le temps... », affirme Sylvie Senay, cofondatrice et copropriétaire d’Avril. 

Son partenaire d’affaires et conjoint, Rolland Tanguay, souligne que c’est sur le site de l’ancien magasin Target — qui sera démoli — qu’Avril s’installera aux Promenades Saint-Bruno. 

La neuvième succursale aura la même allure que celle de Laval, la plus grande du groupe avec ses 44 000 pieds carrés. « On a fait évoluer le concept d’un magasin à l’autre. Laval est plus lumineux, spacieux », note Sylvie Senay.

Ce magasin, où se trouve d’ailleurs une unique serre verticale où des micropousses biologiques y sont cultivées à l’année, a récemment remporté un Grand prix du design pour les surfaces commerciales de plus de 5400 pieds carrés.

Selon Sylvie Senay, Avril est très convoité. « On est assez privilégiés. On est très demandés par les promoteurs immobiliers. [...] On est très contents. Mais on ne peut pas aller partout où on nous demande. Un à la fois », laisse-t-elle tomber.

À elle seule, l’année 2018 aura toutefois été très chargée avec l’ouverture du magasin de Laval, la construction du centre de logistique et de distribution, ainsi que l’implantation d’un nouveau système informatique.