Le président d’AFPAC, Alexandre Favreau, a comme objectif de regrouper d’ici deux ans les activités de sa compagnie dans une nouvelle usine à Granby.

AFPAC, une entreprise granbyenne en pleine croissance

« Ça n’arrête pas de bien aller ». C’est en ces mots que le président d’AFPAC, Alexandre Favreau, décrit la croissance soutenue de son entreprise établie à Granby, qui oeuvre dans le créneau de la remise à neuf et la fabrication d’équipements principalement dédiés au secteur du recyclage. Parmi ses nombreux projets, le jeune homme d’affaires prévoit construire une nouvelle usine dans le parc industriel d’ici deux ans.

Lors de son lancement en 2013, l’entreprise se spécialisait dans l’entretien d’équipements pour la gestion des matières recyclables résiduelles, notamment des presses, des compacteurs et des convoyeurs. Bien vite, Alexandre Favreau a saisi l’opportunité de développer un créneau inexploité.

« Les équipements que l’on réparait sont extrêmement robustes et durables, mais ils terminaient souvent aux rebuts. Je me suis dit qu’il y avait un énorme marché pour les reconditionner. [...] Et je ne m’étais pas trompé, a-t-il indiqué. En plus du coût moindre à l’achat (environ 25 %), c’est environnemental fois deux parce que j’aide les entreprises à recycler tout en donnant une seconde vie aux machines que j’offre. »

De fait, les clients sont au rendez-vous. Selon Alexandre Favreau, le chiffre d’affaires de sa compagnie a fait un bond de 60 % au cours de la dernière année. Près de 25 % de sa clientèle provient de la région. Parmi ces entreprises, notons Avril, Artopex, Cascades et Hershey. L’autre portion vient principalement de Montréal et de la Rive-Nord. AFPAC multiplie également les contrats aux quatre coins du Québec.

Diversification

Au cours des dernières années, AFPAC a dû déménager son usine de fabrication dans de nouveaux locaux à deux reprises parce que l’équipe était trop à l’étroit. Or, l’entreprise ne se contente pas de remettre les équipements usagés à neuf. Elle en fabrique également. En ce sens, son quartier général, d’une superficie de 8000 pieds carrés, est situé dans le boulevard Industriel. Un deuxième espace de production de 5000 pieds carrés pour la remise à neuf d’équipements vient d’être acquis, rue Irwin. À cela s’ajoute un site d’entreposage de 30 000 pieds carrés.

Outre la vente d’équipements, AFPAC offre aussi la location. « On est les seuls dans notre créneau. Les gens reconnaissent la qualité de ce que l’on offre sur le marché et de notre service après-vente, a fait valoir le chef d’entreprise. On travaille autant avec des hôpitaux que dans le milieu commercial et résidentiel. »

Vision

Se lancer en affaires à partir de zéro a fait vivre une montagne russe d’émotions à Alexandre Favreau. Mais « pour rien au monde » il ne changerait un iota à son parcours. « Être entrepreneur, c’est tout un défi, rempli d’embûches et d’expériences de toutes sortes, a-t-il dit. Mais surtout de rencontres marquantes et de succès. J’adore ce que je fais parce que je m’entoure des meilleurs. »

Alors que la pénurie de main-d’oeuvre cause bien des maux de tête aux dirigeants d’entreprises à travers la province, il en va autrement pour celui qui tient les rênes chez AFPAC, qui compte une quinzaine d’employés.

« Je suis peut-être une exception, mais je n’ai pas de difficulté à trouver de la main-d’oeuvre. J’ai 29 ans et j’ai tout à bâtir. Je veux que mon équipe grandisse avec ma compagnie. Je pense que j’ai une vision entrepreneuriale différente et ça a certainement une incidence sur la rétention de mon personnel. »