Absintherie des Cantons: un gin bicolore sur les tablettes

Panoramix, c’est le nom du nouveau gin fraîchement lancé par l’Absintherie des Cantons. Cette référence directe au célèbre druide est simple comme bonjour : telle une potion magique, la boisson change de couleur. Littéralement.

Le secret réside dans un ingrédient bien particulier, la fleur de pois bleu. Importée d’Asie, cette plante, aussi appelée Clitoria ternatea, sert non seulement à teinter le gin d’un beau bleu azur, elle permet également une modification spectaculaire.

« Lorsqu’un ajoute de l’acide citrique (citron, lime) ou du tonique au gin, son pH se transforme et il devient rose », explique Jean-Philippe Doyon de l’Absintherie des Cantons.

Si le gin rosé était déjà connu de certains, le gin bleu qui devient rose a de quoi étonner.

À ce jour, le Panoramix a néanmoins quelques comparables dans le monde.

« C’est ultra récent comme phénomène. J’avais eu vent de l’effet de changement de couleur avec le thé. Je me suis dit : pourquoi ne pas le faire avec le gin ? J’ai essayé et ç’a fonctionné », raconte M. Doyon.

Cet aspect inusité a conféré une popularité instantanée au Panoramix, dès son arrivée sur les tablettes de la SAQ. « Je m’explique mal un engouement aussi extrême. En deux jours, nos 2400 bouteilles étaient back order. Disons que ça fonctionne assez bien ! »

Devant cette ferveur pré-Noël, la petite entreprise granbyenne s’est un peu fait surprendre et tente maintenant de répondre à la demande.

D’autant plus que M. Doyon n’est pas au pays ces jours-ci. Lorsque La Voix de l’Est l’a joint, vendredi, l’entrepreneur était justement en mission commerciale à Amsterdam pour faire la promotion du gin Panomarix et des absinthes qui font sa marque.

Organisée par le MAPAQ, cette mission l’a aussi mené à Londres.

Pour l’instant, le gin bicolore est disponible au Québec et devrait entrer sur le marché australien sous peu.

Haut de gamme

M. Doyon insiste cependant sur la qualité de son produit. Au-delà de l’effet spectaculaire et un peu « gadget » qu’il génère, il s’agit d’un alcool haut de gamme.

La fleur de pois bleu provient d’Asie, mais le Panomarix demeure un produit local et artisanal quant au reste de ses ingrédients.

Composé de sureau et d’épices boréales, le spiritueux combine les saveurs de la toundra à celles du thé noir, décrit le jeune distillateur.

« C’est un mariage improbable et surprenant. C’est assez unique. »