Patrick Paré, directeur Conservation et recherche au Zoo de Granby.

Zoo de Granby: une nouvelle association pour la conservation

Le Zoo de Granby pose un geste de plus pour intensifier ses efforts de conservation en nature. Fruit d’un partenariat avec Conservation de la nature Canada (CNC), il réservera une enveloppe de 100 000 $ pour participer à des projets d’acquisition de terres pour les protéger à long terme.

«On n’a jamais participé à l’achat de terrains pour fins de protection à perpétuité. On a réalisé des actions sur le terrain. On a fait de la mise en valeur, des inventaires, des cahiers du propriétaire et de la sensibilisation aux propriétaires. Mais on n’a jamais acheté ou participé à l’achat de propriétés privées», souligne le directeur Conservation et recherche au Zoo de Granby, Patrick Paré.

Cela dit, le Zoo ne tient pas à devenir propriétaire en titre des propriétés qui seront acquises. «Ce sera CNC ou bien le terrain sera remis tout simplement au gouvernement du Québec. Mais le Zoo y aura accès pour tous les suivis de la faune et de la flore», relève M. Paré.

Car l’objectif visé par le Zoo avec ce partenariat, c’est de protéger l’habitat d’espèces menacées ou vulnérables au Québec. Il est entre autres envisagé de protéger le milieu de vie des tortues, des chauves-souris, des rapaces, de la salamandre pourpre, du petit polatouche, ainsi que d’oiseaux insectivores aériens, comme le martinet-ramoneur et l’engoulevent.

Selon Patrick Paré, l’entente conclue est d’une durée de cinq ans. CNC s’engage pour sa part à financer le solde des projets de façon à compléter les acquisitions, est-il précisé par voie de communiqué. Qui sait, d’autres partenaires pourraient aussi être tentés de se joindre au duo pour certaines acquisitions, comme Corridor appalachien pour des projets dans les Montagnes Vertes, avance M. Paré.

Discussions

Le directeur Conservation et recherche laisse par ailleurs savoir que des discussions sont déjà en cours pour l’acquisition d’une propriété située dans la bande riveraine de la rivière aux Brochets, dans la région du lac Champlain, où des initiatives de conservation de la tortue molle à épines, une espèce menacée, sont réalisées par le Zoo de Granby depuis plusieurs années.

«Il y a aussi d’autres espèces importantes dans cette région-là. Il y a des habitats extrêmement intéressants et des milieux humides en bandes riveraines», relève Patrick Paré.

Selon lui, cela faisait déjà quelques années que le Zoo agissait en partenariat avec CNC pour la conservation de la tortue molle à épines. Cette nouvelle contribution monétaire permettra au Zoo d’aller un peu plus loin dans ses actions.

«Il y a quelques zoos en Amérique du Nord qui débutent des initiatives de conservation de la sorte avec des partenaires experts dans le domaine de l’acquisition de propriétés en terre privée ou de projets d’intendance où des déclarations d’intention pour fins de conservation sont signées avec des propriétaires. Nos partenaires de CNC sont vraiment experts dans ce domaine-là», indique Patrick Paré. CNC a d’ailleurs déjà des partenariats de conservation avec les zoos de Calgary et du parc Assiniboine à Winnipeg.

Des projets ont été réalisés avec des tétras des armoises, un des oiseaux en voie de disparition les plus menacés au Canada, ainsi qu’avec des hespéries de Poweshiek, une espèce de papillon en voie de disparition.

Le Zoo de Granby a alloué en 2018 un montant record de 375 000 $ pour la réalisation de différents projets en nature, ici et ailleurs.