L'histoire de la petite Zoé, décédée d'un cancer hier, a déclenché un tourbillon d'amour.

Zoé était «prête à devenir papillon»

«Bonsoir, Zoé s'est envolée à 17h22 ce soir à la maison avec nous. Elle est en paix. MERCI.» Ces quelques mots écrits hier sur la page Facebook de Zoé Bernard marquent le triste dénouement de la lutte de la fillette contre le cancer.
«C'est tout un honneur d'avoir reçu cette grande âme pour nous enseigner l'amour», a exprimé la famille Bernard-Salois de Bromont. En moins d'une heure, l'annonce avait déjà suscité une vague de sympathie. Au moment de mettre sous presse, plus de 500 personnes de tous les coins du Québec avaient partagé leurs voeux.
«Moi-même atteinte d'un cancer incurable, je sais maintenant qui pourra me tendre la main, le moment venu, avec ses ailes de papillon», a témoigné une dame. «Tous les êtres humains ont un rôle à jouer dans le cours de l'univers, a rappelé une internaute. Zoé malgré sa courte existence, aura eu le sien elle aussi: faire croître la bonté des gens et les sensibiliser au fait que la vie est extrêmement fragile.»
L'état de la fillette s'est dégradé rapidement. Hier matin, la famille a mentionné sur les réseaux sociaux que Zoé était «maintenue au sommeil par des médicaments qui l'apaisent et qui diminuent l'angoisse et l'agitation du départ.» Elle a par ailleurs raconté que tout juste avant, l'enfant s'était dite «prête à devenir papillon». Compassion et solidarité L'histoire de Zoé avait suscité un élan de solidarité et de compassion à l'égard de sa famille.
Tous les détails dans notre édition de lundi