Voilà! permet aux citoyens de signaler à leur municipalité des problèmes non urgents.

Waterloo sur l'application Voilà!

La municipalité de Waterloo prend un virage technologique en s'affichant sur Voilà!, une application pour téléphones intelligents qui permet aux citoyens d'être en contact avec elle partout et à tout moment.
Nids-de-poule, éclairage déficient, fuite d'eau, mobilier urbain vandalisé, trottoirs mal dégagés... Depuis l'automne, les petits irritants du quotidien peuvent être signalés à la municipalité, sans avoir à téléphoner à l'hôtel de ville ou à s'y présenter. En téléchargeant gratuitement Voilà! sur leur iPhone, iPod touch et iPad, ou sur Android, les résidants ont directement voix au chapitre.
Le principe est simple: on géolocalise le problème (l'application le fait automatiquement), on le photographie et on l'envoie à la Ville.
Instaurée au Québec par la firme PG Solutions, l'application dit miser sur le pouvoir de la masse. Plus les citoyens sont nombreux à signaler un problème, plus la municipalité peut y remédier efficacement et rapidement, vante-t-on sur son site de présentation.
Lors du lancement de Voilà!, en juin dernier, le vice-président ventes et marketing chez PG Solutions, Joël Villeneuve, avait résumé ainsi le bien-fondé de l'application. «Pour les municipalités qui veulent s'afficher ouvertes et intelligentes et surtout avoir une approche de collaboration et de transparence, Voilà! est un moyen concret de donner un signal clair de modernité aux citoyens de leur municipalité.»
Ce message a été entendu par Waterloo. «On voulait intégrer davantage la technologie pour que les gens nous rapportent les problèmes de façon spontanée. C'est une belle façon d'avoir de l'information», explique le directeur général de la municipalité, Éric Sévigny.
Une dizaine de plaintes
Ce dernier ne connaît pas le nombre de Waterlois «abonnés» à Voilà! , mais il estime à une dizaine la quantité de plaintes - parfois avec photo, parfois sans - reçues à ce jour. Des exemples: des puisards obstrués par des feuilles et des fissures de canalisation.
«C'est la direction générale qui s'occupe de ces informations. On reçoit une alerte et on la traite rapidement. Jusqu'à maintenant, toutes les requêtes ont donné lieu à un suivi», affirme M. Sévigny, qui y voit des avantages certains. D'autant plus que la Ville n'a pas à débourser pour le service pour le moment.
Dans la région, seules Waterloo et Bromont «la branchée» sont inscrites à Voilà!