On reprochait à Éric Desroches d'avoir photographié une femme alors qu'elle se changeait dans un vestiaire de la piscine Miner, à Granby.

Voyeurisme à la piscine Miner: l'accusé est acquitté

Le dossier soumis au tribunal a été jugé insuffisant, mardi, pour soutenir l'accusation de voyeurisme déposée contre un homme de Granby.
Par conséquent, la cour a acquitté Éric Desroches, 43 ans. « La preuve dans son ensemble est boiteuse et un doute raisonnable persiste », a indiqué le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec.
On reprochait à M. Desroches d'avoir photographié une femme alors qu'elle se changeait dans une cabine du vestiaire mixte de la piscine Miner de Granby­, en janvier 2016. Confronté par la dame, M. Desroches, qui accompagnait sa fille à un cours de natation, avait nié en bloc et refusé de remettre son téléphone cellulaire. 
À l'arrivée des policiers, le camionneur avait tenté de fuir par une porte de secours. Aucune photo compromettante n'avait été trouvée sur son appareil.
Or, le juge a relevé des contradictions et des ambiguïtés dans le témoignage de la présumée victime. Il s'est aussi demandé pourquoi la police n'avait pas saisi le téléphone de l'accusé et procédé à une vérification plus poussée.
Doutes
Par ailleurs, il a souligné que plusieurs éléments de la version de M. Desroches étaient « dif­ficiles à retenir ». Pourquoi s'est-il réfugié dans une cabine pour texter, alors qu'une mezzanine était disponible à l'étage pour le public ? Et comment pouvait-il se croire seul dans le vestiaire ? 
Aucune trace non plus du texto qu'il aurait envoyé à sa conjointe ce jour-là. Mais l'état de la preuve et la nécessité, pour le juge, d'être convaincu hors de tout doute raisonnable ont eu préséance sur certains aspects du témoignage de l'accusé.