Durant son voyage de trois mois qui l'a amenée de l'Espagne au Brésil, la Farnhamienne Monik Paskal Potvin a parcouru 16 000 kilomètres, dont 2400 miles nautiques à bort d'un voilier de 20 mètres en compagnie d'autres artistes et scientifiques.

Voyager pour changer les choses

La Suisse. L'Espagne. Cap Vert. Les îles Canaries. Le Brésil. Le Panama. Mexico. Sutton. C'est dans ce petit village des Cantons-de-l'Est que Monik Paskal Potvin terminera son périple de 16 000 kilomètres, demain. Elle profitera de son passage à la salle AG Pelletier pour lancer son livre Ma famille dans ma valise - Conversations in a Suitcase, fruit de trois mois de voyages, de rencontres et de réflexions.
À la mi-décembre de l'an dernier, la femme de 39 ans originaire de Farnham se lançait dans l'expérience Floating Lab - Journey South du Clipperton Project. «C'est un organisme à but non lucratif financé par sept pays et dont l'objectif est d'amener les gens à réfléchir et s'engager à poser des gestes concrets pour améliorer la qualité de vie, spécialement avec la sauvegarde de l'environnement», explique la globe-trotter.
Ces gens, ce sont des artistes et des scientifiques. À bord d'un voilier de 20 mètres, ils parcourent une certaine distance marine tout en développant un projet complètement hors de leur champ d'expertise propre.
Monik Paskal Potvin, elle, s'embarquait pour la distance Espagne-Brésil. Issue du monde du cinéma, elle a opté pour l'écriture d'un livre au terme des différentes rencontres qu'elle a faites dans les divers pays visités.
Tous les détails dans notre édition de samedi