Des commerces du centre-ville de Granby, dont le salon de coiffure Maurice, ont été ciblés par des voleurs au pouce vert. Une suspecte a été rencontrée par les policiers locaux à ce sujet. Ils sont toutefois à la recherche d’au moins un autre cambrioleur.

Vols de fleurs à Granby: l’œuvre de plus d’une personne

L’enquête policière concernant les vols de fleurs commis au cours des dernières semaines chez des commerçants du centre-ville de Granby progresse. Une sexagénaire a été identifiée comme une des suspectes. Mais les crimes qu’elle est soupçonnée d’avoir perpétrés ne sont pas ceux qui ont été rapportés aux policiers. Il y aurait donc un autre voleur de fleurs à l’œuvre.

La Voix de l’Est indiquait à la mi-juillet qu’au moins cinq commerçants avaient été la cible de voleurs qui avaient un penchant pour l’horticulture. Des bacs à fleurs, des fines herbes et des fleurs en terre ont notamment été subtilisés. En plus de ces commerces — soit un salon de coiffure, deux restaurants, un théâtre et une boutique de fleurs —, la Ville de Granby est aussi victime chaque année de ce type de vols.

Les policiers ont reçu différentes informations du public à la suite de la médiatisation des vols. « Ces informations-là ont été validées, ce qui nous a permis de rencontrer une dame », explique Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby. La femme en question habite le centre-ville et est âgée de 65 ans.

La Granbyenne, qui est connue des policiers, est soupçonnée d’avoir volé des fleurs. Le hic ? Les crimes qu’elle aurait commis ne sont pas ceux qui ont été rapportés aux policiers. Cela signifie qu’au moins un autre voleur au pouce vert aurait sévi. Les policiers relancent donc leur enquête et sollicitent à nouveau l’aide de la population pour retrouver le ou les autres cambrioleurs.

Des accusations pourraient être déposées contre la sexagénaire au terme de l’enquête policière. Une fois que celle-ci sera complétée, le dossier sera soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Toute personne qui possède des informations doit contacter l’enquêteur Jonathan Lambert au 450-776-8333, poste 3610.