Deux Waterlois font face à la justice après avoir commis des vols dans la région de Magog. Ils sont aussi soupçonnés d’être impliqués dans la vague de vols commis­ à Saint-Joachim-de-Shefford en mars.

Vols à Magog: deux Waterlois au banc des accusés

Deux Waterlois font face à la justice après avoir commis des vols dans la région de Magog. Les policiers les soupçonnent d’être impliqués dans la vague de vols commis au cœur de la municipalité de Saint-Joachim-de-Shefford en mars.

Les agents de la Régie de police de Memphrémagog ont mis la main au collet de Branden Proulx, 23 ans, et de Maxime St-Pierre, 21 ans, le 28 mars dernier. Une dame qui s’occupait de la résidence de sa voisine pendant son absence est tombée face à face avec le duo après être entrée dans la maison où elle venait de constater qu’une vitre avait été brisée, explique Mickaël Laroche, agent à la prévention et aux relations médias à la Régie de police de Memphrémagog.

Les suspects ont aussitôt pris la fuite. Une description des individus a été fournie aux policiers. Un ratissage du secteur a permis aux agents de localiser les voleurs dans le chemin Milletta, toujours à Magog, alors qu’ils venaient de commettre un cambriolage à cet endroit.

Les Waterlois ont été inculpés d’introduction par effraction, de vol, de possession d’outils de cambriolage et de port de déguisement, au palais de justice de Sherbrooke. Une accusation de bris de probation a aussi été déposée contre Branden Proulx. Son présumé complice, Maxime St-Pierre, a quant à lui été accusé de possession de stupéfiants — il était en possession de résine de cannabis lors de son arrestation — et de possession d’une arme prohibée, soit du poivre de Cayenne.

Les deux jeunes hommes auraient commis trois crimes à Magog ce jour-là. Ils étaient à la recherche d’argent, de bijoux, d’objets électroniques et d’alcool, indique la Régie de police de Memphrémagog.

Le duo est soupçonné d’avoir fait des victimes ailleurs dans la région, notamment du côté de Saint-Joachim-de-Shefford. Une vague de vols avait été perpétrée en plein jour à la mi-mars. Les crimes avaient été commis dans des résidences situées au cœur de la municipalité. Des bijoux et des consoles de jeu avaient notamment été volés. Les malfaiteurs auraient fait au moins six victimes. Les jeunes hommes auraient également commis des crimes similaires à Waterloo.

À ce jour, aucune accusation n’a été déposée contre eux en lien avec les crimes qu’ils sont suspectés d’avoir commis sur le territoire de la Haute-Yamaska. Les enquêtes policières se poursuivent.