La vitesse passera de 90 km/h à 70 km/h près du Centre national de cyclisme de Bromont.

Vitesse sur la route 241: une victoire pour Bromont

Après des années à réclamer la diminution de la limite de vitesse sur la route 241, notamment près du Centre national de cyclisme, la municipalité de Bromont a eu gain de cause, a appris La Voix de l’Est. Le ministère des Transports du Québec doit apporter des correctifs dès le printemps prochain dans le tronçon ciblé, où la vitesse passera de 90 km/h à 70 km/h.

Mis au fait du dossier, le ministre des Transports et responsable de l’Estrie, François Bonnardel, avait demandé à ce qu’une étude soit réalisée par le MTQ cet été. Des relevés de vitesse ont donc été pris par des représentants du Ministère à Bromont le 16 juin. Le député de Granby a salué la décision rendue dans le dossier.

«Je suis content, parce que c’est un secteur névralgique pour la mobilité active, a-t-il indiqué en entrevue. Avec le centre national, les nombreux cyclistes, les jeunes qui sont présents tout l’été pour des activités, baisser la limite de vitesse est une bonne chose. Ça va rassurer les personnes qui passent et vivent dans le secteur.»

Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, a d’ailleurs souligné «l’écoute et l’implication» de François Bonnardel pour faire cheminer le dossier. C’est avec enthousiasme qu’il accueille cette «victoire».

«On est très heureux. Ça fait très longtemps qu’on travaille pour faire changer [la réglementation]. Ce n’est pas exactement ce que nous avons demandé, mais c’est un début. On peut toujours regarder le verre à moitié vide. Mais, j’aime mieux le voir à moitié plein. Une chose est certaine, ça va nous permettre de sécuriser davantage le secteur.»

La section de route problématique va du chemin de Lotbinière jusqu’à l’angle du boulevard de Bromont, où la limite de vitesse passe de 90 km/h à 50 km/h.

Le dossier a pris naissance en novembre 2014. Des résidants du Domaine du Boisé avaient alors soulevé au comité de circulation de Bromont la sécurité déficiente pour se déplacer à pied ou à vélo aux abords de la route provinciale. En juillet 2015, par voie de résolution, la Ville demandait au MTQ de se pencher sur le dossier, afin que la vitesse maximale autorisée soit diminuée.

Ouverture

Le directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB), Nicolas Legault, était également un des militants de la première heure dans ce dossier. Il voit d’un bon œil les correctifs à venir, principalement en raison du projet de vélodrome couvert, dont l’ouverture est prévue au plus tard en 2021. 

«La diminution de la limite de vitesse tombe à point. Nos architectes travaillent depuis un moment avec le MTQ pour que ça se concrétise près du futur vélodrome. Plus on occupera l’espace dans le secteur, plus les choses vont s’aligner pour une éventuelle diminution de vitesse à 50 km/h.»

Le MTQ avait posé un premier geste concret en juin 2016, en marquant la vitesse maximale sur la chaussée près du CNCB. La Ville a, par la suite, dû débourser un peu plus de 6000 $ pour l’achat d’un radar pédagogique, installé dans la même zone. Une piste cyclable bidirectionnelle a également été aménagée. 

Bien qu’il ne ferme pas la porte à une seconde diminution de la limite de vitesse, qui la porterait à 50 km/h dans tout le tronçon, le ministre des Transports juge qu’il serait «prématuré» de prendre une telle décision.

Shefford

Les élus de Shefford ont également réclamé une diminution de la limite de vitesse sur leur territoire. Ils ont entériné une résolution en ce sens le 15 janvier. La municipalité préconise une «réduction de la limite de vitesse de 90 km/h à 70 km/h sur la portion de la route 241 située entre les numéros civiques 1729 et 1901 ». 

La quantité de véhicules qui circulent dans ce secteur ainsi que la visibilité restreinte en raison de nombreuses courbes figurent parmi les arguments de la municipalité. Le projet d’hébergement locatif de luxe Sô Lodges, qui pourrait prendre forme à l’intersection du chemin Jolley et de la route 241, pèse aussi dans la balance.

L’étude de circulation a été réalisée par le MTQ le 26 juin. L’analyse des données n’est toutefois pas terminée. Le maire de Shefford, Éric Chagnon, a confirmé qu’il doit rencontrer des gens du Ministère «la semaine prochaine» pour «valider des éléments dans le dossier».